Chronique

PAVILLON ROUGE
Solmeth Pervitine

image
Post Apocalyptic Music



image
Dimanche 26 février 2012

Pavillon Rouge
Pavillon Rouge


Clique pour voir la fiche du groupe
est un groupe originaire de Grenoble qui s'était déjà fait remarqué en 2008 avec le très intéressant EP "Mizuage", présentant un alliage fort réussi entre le black metal et l'électro/indus. C'est donc avec la plus grande joie qu'on les retrouve avec leur premier album. À l'origine un trio formé du suisse Benjamin Nominet de Sybreed
Sybreed
Clique pour voir la fiche du groupe
, de Hanoi O. (ex-Osirion) et de Mervyn Sz., Pavillon Rouge
Pavillon Rouge


Clique pour voir la fiche du groupe
fut rejoint en 2011 par le bassiste E.Shulgin et surtout par Kra Cillag, l'ex hurleur du groupe de black metal lyonnais Crystalium qui remplaça Benjamin, parti pour se consacrer entièrement à son groupe d'origine.

Ce qui frappe d'emblée, c'est la forte personnalité qui se dégage de Pavillon Rouge
Pavillon Rouge


Clique pour voir la fiche du groupe
! Le groupe joue sur une imagerie japonaise depuis ses débuts avec "Mizuage" et sa pochette érotique très esthétique. "Solmeth Pervitine" garde ce style nippon mais en version futuriste, collant parfaitement au son pratiqué par Pavillon Rouge
Pavillon Rouge


Clique pour voir la fiche du groupe
, qui accentue la partie électronique de sa musique sur ce premier album.

Autant le dire tout de suite donc, ceux qui veulent retrouver un peu de feu-Crystalium de par son vocaliste en seront pour leurs frais. Musicalement, ça n'a rien à voir ! Pavillon Rouge
Pavillon Rouge


Clique pour voir la fiche du groupe
propose un black metal industriel qui va également chercher des influences du côté de la new wave et la cold wave. De black metal, en fait, les grenoblois n'en ont gardé que les vocaux hurlés de Kra Cillag et les riffs de guitares incisifs. Le rythme ici est majoritairement mené par les samples et sons électroniques divers et variés, un peu dans le style des derniers BlackLodge
BlackLodge


Clique pour voir la fiche du groupe
par exemple. Point de batterie d'ailleurs, mais une boîte à rythme. Ce qui fait qu'on y retrouve régulièrement des passages purement techno ou EBM en plus des nappes de claviers. Contrairement à beaucoup de formations de metal à la sauce indus, les guitares ne sont pas hyper lourdes et assommantes. Elles se font plus mélodiques, tout en restant légèrement en retrait, donnant la préférence à l'habillage synthétique. Et là où "Mizuage" proposait un son assez brut, la production de cet album se veut plus propre et claire, sans trop atténuer la puissance dégagée par les compositions.

L'ensemble de "Solmeth Pervitine" s'avérant somme toute homogène, on est décontenancé à la moitié de l'album par le premier interlude "Le Cercle du Silence", un simple titre techno instrumental que je trouve personnellement dispensable. Alors que le groupe s'exprime tout au long du disque en français, on est surpris d'entendre Kra Cillag passer à la langue de Shakespeare sur "Sadist Sagittarius", qui n'est autre qu'une reprise survitaminée du groupe de rock batcave Cinema Strange, où apparaissent les seuls solis de guitare de l'album au 3/4 du titre. Cette cover s'intégre parfaitement au reste, passant pour une composition personnelle si l'on ne connaissait pas l'originale. Après le second interlude, "Des cîmes, des abîmes", ambiant cette fois-ci, débarque une autre chanson déjà entendue, "Le grand Tout s'Effondre", qui est une version réinterprétée de "Cauchemar Kashmir", la 1ère piste de "Mizuage", moins crue, plus électronique et emphatique, forcément. À l'image de l'évolution musicale du Pavillon Rouge
Pavillon Rouge


Clique pour voir la fiche du groupe
actuel par rapport à ses premiers essais.

Après un premier EP déjà très bon en 2008, Pavillon Rouge
Pavillon Rouge


Clique pour voir la fiche du groupe
confirme avec "Solmeth Pervitine" qu'il fait partie du haut du panier du genre, ce qui se fait de mieux dans la fusion du metal extrême et de la musique électro.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
3
AUTEUR : DNK
Ancien rédacteur du fanzine liégeois Metalize-It, dont j'ai tenu les rênes pendant 2 ans, j'ai intégré les rangs de Shoot me Again début janvier...
Ancien rédacteur du fanzine liégeois Metalize-It, dont j'ai tenu les rênes pendant 2 ans, j'ai intégré les rangs de Shoot me Again début janvier 2012. Je suis également photographe amateur depuis quelques années maintenant, un peu geek aussi (faut bien se l'avouer finalement) et touche-à-tout dans l'informatique, jeux vidéo, musique, grap...
Ancien rédacteur du fanzine liégeois Metalize-It, dont j'ai tenu les rênes pendant 2 ans, j'ai intégré les rangs de Shoot me Again début janvier 2012. Je suis également photographe amateur depuis quelques années maintenant, un peu geek aussi (faut bien se l'avouer finalement) et touche-à-tout dans l'informatique, jeux vidéo, musique, graphismes. J'ai aussi 3 chats mais on s'en fout... Je suis très (trop ?) ouvert musicalement parlant. Tous les st...
Ancien rédacteur du fanzine liégeois Metalize-It, dont j'ai tenu les rênes pendant 2 ans, j'ai intégré les rangs de Shoot me Again début janvier 2012. Je suis également photographe amateur depuis quelques années maintenant, un peu geek aussi (faut bien se l'avouer finalement) et touche-à-tout dans l'informatique, jeux vidéo, musique, graphismes. J'ai aussi 3 chats mais on s'en fout... Je suis très (trop ?) ouvert musicalement parlant. Tous les styles de metal ont grâce à mes oreilles, de même que tout ce qui touche à la scèn...
Ancien rédacteur du fanzine liégeois Metalize-It, dont j'ai tenu les rênes pendant 2 ans, j'ai intégré les rangs de Shoot me Again début janvier 2012. Je suis également photographe amateur depuis quelques années maintenant, un peu geek aussi (faut bien se l'avouer finalement) et touche-à-tout dans l'informatique, jeux vidéo, musique, graphismes. J'ai aussi 3 chats mais on s'en fout... Je suis très (trop ?) ouvert musicalement parlant. Tous les styles de metal ont grâce à mes oreilles, de même que tout ce qui touche à la scène "dark" au sens large (gothic, indus, electro, ambiant, folk,...) et les musiques les plus expérimentales/aventureuses...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE