Chronique

EHNAHRE
Nothing And Nothingness

image
Painted Throat Music

2 titres - 25min
Sorti le 16-09-2016


image
Mardi 4 octobre 2016

A défaut de recevoir les faveurs du plus grand nombre, Ehnahre devrait promptement obtenir le prix du groupe le plus enclin à transcrire en musique l'esprit des textes des plus grands poètes.
Quittant l'aventure Kayo Dot après l'enregistrement, en 2006, du sublime Dowsing Anemone With Copper Tongue, Ryan McGuire décide de s'investir pleinement dans le projet Ehnahre et commence à imaginer une musique post-black/drone idéale pour soutenir et accompagner quelques poèmes choisis. Puisant dans les trésors de la poésie universelle, Ryan McGuire (basse et vocaux), leader du groupe et seul membre présent depuis les débuts, a ainsi déjà adapté Georg Trakl, Walt Whitman, Samuel Beckett ou Yves Bonnefoy... Ehnahre venait de définir un nouveau tropisme métalo-poétique.
De retour quelques mois seulement après le « album of the year... so far » qu'est Douve, Ehnahre nous livre un nouvel EP intitulé Nothing And Nothingness. Il s'agira cette fois d'adapter deux poèmes de l'écrivaine américaine Elise Cowen : The First Eye et Dear God Of The Bent Trees.
En découvrant Elise Cowen, c'est à un style âpre, sec, dépouillé et précis que l'on est confronté. C'est donc tout naturellement que Ehnahre, pour réinterpréter ces deux textes, a choisi d'aérer encore quelque peu sa musique; enroulés autour des vers presque fidèlement éructés par Ryan McGuire (l'on notera seulement qu'il omet, volontairement, de dire que les arbres courbés du poème se trouvent sur la 5th avenue), les thèmes musicaux sont lourds mais éthérés, lents mais urgents. A la massive basse électrique de McGuire, aux guitares drone-ambient de Rich Chowenhill viennent, par légères touches quasi impressionnistes, s'ajouter les percussions de Ricardo Donoso ou le piano de Jared Redmond. L'architecture, faite de ruptures inattendues, et de surprenantes relances, est complexe. D'une complexité jubilatoire !
L'ensemble dégage une impression de paysage aérien à l'arrière plan duquel se déroulerait une hésitante Visitation.
Deux titres touchés par la grâce. Deux titres seulement...
Ehnahre continue de réinventer le metal... la musique. On vous l'a déjà dit!
2016 est décidément une bien belle année!


Tags : Post-black, drone, expérimental
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
13

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE