Chronique

BORDURE
NEVROSES

image
Autoproduction

6 titres - 21min
Sorti le 01-03-2017


image
Mercredi 23 août 2017

Très jeune groupe formé en 2015, ces 5 Français qui oscillent entre Paris et Lille ont eu l’idée de mélanger des genres assez « touchant ». Confronter mathrock et post-hardcore !

Voilà une idée que l’ont pourrait associer au Yin & Yang, si l’ont considère l’obscurité du post-hardcore et la luminosité du mathrock (même si cela se discute). Bordure
Bordure


Clique pour voir la fiche du groupe
a donc bien intitulé son premier EP avec « Nevroses » vu le duo détonnant.

Enfin musicalement le mélange pose simplement une structure bien mathématique, mais qui peut bien plus se ramifier, développer, s’ouvrir,etc. Vous l’aurez compris on ouvre largement le champ des possibilités dans leur cas.
Les mélodies de guitares donnent un beau côté mélancolique contrebalancé par le groove de la basse. À ceci s’ajoute une batterie qui alterne à merveille les 2 genres et une voix poussée à bout dans l’intensité.

Le combo fonctionne bien, même si globalement le post-hardcore l’emporte sur son partenaire du jour. Les passages plus techniques qui mettent les oreilles aux aguets se couplent bien avec le côté écorché de ce scream et du syncopé venant du post, Test 9 est le morceau qui le reflète au mieux selon moi. Même si Fields reste le plus représentatif de l’esprit global, et surtout que l’on ne peut que recommander d’écouter les 6 pistes pour obtenir une meilleure compréhension.

Malgré ces louanges prometteuses, il y a encore de travail ! Et heureusement vu que Bordure
Bordure


Clique pour voir la fiche du groupe
n’en sont qu’à leur premier EP.
Le chant pourrait être travaillé, mais surtout varié car il est le principal défaut de ce disque. En effet trop souvent sur le même ton, il pourrait être plus dosé et varié, sans forcément devoir ajouter un coeur ou tomber dans le pur mélodique.

Bordure a déjà bien commencé les fondations de son groupe avec Nevroses et son savoureux mix technique-émotif. Il y a encore matière à travailler bien évidemment, comme peut-être éviter de charger instrumentalement ou bien varier un peu le chant. En conclusion le groupe possède un beau potentiel, encore brut, pour nous surprendre à l’avenir !


Tags : alternative - mathrock - mathcore - post-hardcore - Lille - Paris - France
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
7
AUTEUR : Clément
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extr...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...
Etudiant en journalisme à l'IHECS. C'est un véritable dévoreur de musiques sous beaucoup de formes, avec une grosse dominante sur les musiques extrêmes et alternatives tout de même malgré un bon éclectisme. Jeune de la génération Y, il laisse avec plaisir les sonorités sorties des méandres de l'internet 2.0 se faire entendre. Mais la vie n'est pas pas que virtuelle et heureusement d'ailleurs, les concerts et festivals restent un plaisir inébranlable d'écouter et partager la musique selon lui. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE