Chronique

LIFESICK
Swept In Black

image
Isolation Records

Sorti le 21-12-2018


image
Mardi 18 décembre 2018

Après une premier album plus que rageur chez Southern Lord Records , c'est avec Isolation Records que LIFESICK
LIFESICK


Clique pour voir la fiche du groupe
pousse son deuxième long format dans ses derniers retranchements.

Il faut dire que les gaillards ne font pas dans la dentelle et incrustent leurs 10 titres dans la souffrance et la douleur. Les 5 Danois qui ont enregistré avec Jacob Bredahl (HATESPHERE
HATESPHERE


Clique pour voir la fiche du groupe
) trouvent avec Swept In Black, une formule pour leur Hard-Core particulièrement sombre et véhémente.

Exit les parties tough guys calées pour dynamiser le pit. Le tempo est moyen, la chape de son est écrasante et les larsens découpent à tours de bras la masse misanthropique qui sort du sillon.

La trentaine de minutes qui compose l'album est forgée dans un seul acabit plutôt monolithique. De prime abord, l'album parait indigeste mais cette haine exacerbée mise en musique se révèle, au contraire, tranchante d'efficacité.

LIFESICK
LIFESICK


Clique pour voir la fiche du groupe
invite également Andrew Drury (BAPTISTS
BAPTISTS


Clique pour voir la fiche du groupe
), Andrew Neufeld (COMEBACK KID
COMEBACK KID


Clique pour voir la fiche du groupe
) et évidemment Jacob Bredahl à mettre leur pierre à l'édifice érigée à la gloire de la désolation.

Difficile de passer à côté de ce Swept In Black sans être touché-e par cette atmosphère emplie de crispations et d'éprouver un ressentiment malsain où se mêle désespoir et l'envie de tout fracasser.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE