Reportage

Le rituel très rituel de Batushka

Esch-sur-Alzette (Kulturfabrik), le 16-01-2018

Mercredi 17 janvier 2018



Ambiance de rituel ce soir à la Kulturfabrik de Esch-sur-Alzette qui nous propose à nouveau une prometteuse affiche dédiée au Black Metal. Une soirée qui sera surtout l’occasion de mesurer la popularité d’un Batushka
Batushka


Clique pour voir la fiche du groupe
qui n’en finit plus de tourner, mais avec toujours un seul album au compteur, le fameux Litourgiya, et, a priori, un show qui n’a pas bougé d’un iota depuis les premiers concerts de la formation en 2016. Peu importe, en amenant en plus les Suisses de Shammasch sous leurs soutanes, on ne va pas se priver d'entamer métalliquement cette année 2018 sous de tels auspices.

Trepaneringsritualen, annoncé en ouverture de cette tournée, fait figure en revanche de parfait inconnu, pour moi en tout cas. N’ayant pas écouté la moindre note de la musique du bonhomme, je m’efforce tout de même d’arriver à l’heure pour ledit set... un effort que je ne suis pas loin de regretter quand je finis par réaliser que
1/ oui, il est vraiment seul sur scène avec ses samples
2/ oui, la musique produite est juste ultra soporifique, sorte d’Ulver
Ulver


Clique pour voir la fiche du groupe
au rabais, le chant en moins, les grunts et autres spoken words en plus.
Il y a manifestement un concept, mais qui me passe totalement au-dessus. La salle se vide aussi vite que la tournée risque d’être longue pour le bonhomme...

Schammasch
Schammasch


Clique pour voir la fiche du groupe
avait en revanche laissé une impression nettement plus positive au public de la Kufa depuis son passage en compagnie d’Inquisition
Inquisition


Clique pour voir la fiche du groupe
et de Rotting Christ
Rotting Christ


Clique pour voir la fiche du groupe
en novembre 2016. Le decorum est en place (on est de toute façon dans le thème à capuche et à soutane pour Batushka
Batushka


Clique pour voir la fiche du groupe
ensuite) et le son est bon, mais le concert peine à démarrer réellement. Et ce, notamment en raison d’une première compo faisant figure de longue intro et dont on attend – en vain – un quelconque break. Mais au fur et à mesure la mayonnaise finit par prendre et on se rend surtout compte que Schammasch
Schammasch


Clique pour voir la fiche du groupe
mise encore plus qu’auparavant sur l’ambiance qu’il essaie de poser, un effet assez lié à la direction prise par le dernier album d’ailleurs. A noter également la très bonne tenue de la section rythmique malgré les complications accumulées durant la préparation de cette tournée, c’est le moins que l’on puisse dire.



Depuis le buzz généré par la sortie de Litourgiya, Batushka
Batushka


Clique pour voir la fiche du groupe
trace sa route au sens propre comme au figuré, participant à quantité de festivals depuis bientôt deux années, et se lançant en ce début 2018 dans la troisième partie de son « European Pilgrimage ». Le risque ? Lasser un public qui n’aura eu en tout et pour tout qu’un seul album à se mettre dans les oreilles, et auquel le même show (certes baroque) aura été servi à chaque apparition.

On retrouve ainsi les ingrédients déjà servis par Batushka
Batushka


Clique pour voir la fiche du groupe
l’année dernière à Arlon devant un public à peu près aussi nombreux : une arrivée très théâtrale, un décor travaillé jusqu’à la moindre bougie, l’encens, les costumes (bien entendu) et cette représentation globale d’une messe orthodoxe travestie en ode au Malin, ou l’inverse. Ce rendu visuel vu et revu produit toujours son petit effet, même si, comme attendu cet aspect de « déjà vu » commence à autant desservir le groupe maintenant qu’il avait pu (au contraire) contribuer à sa rapide renommée. Et si le son est peut-être moins cristallin qu’il ne le fut à l’Entrepôt, difficile, malgré ces critiques, de bouder son plaisir à l’écoute des différentes mélodies issues de Litourgiya : en moins d’une heure, toutes les compos (ou presque) y passent, pour le plus grand bonheur des fans présents, et comme un rappel cinglant de ce que fut la réussite de cet album.

Au final, impossible de dire que l’on a passé un mauvais moment, bien au contraire. Batushka
Batushka


Clique pour voir la fiche du groupe
reste un groupe à part (malgré la profusion actuelle de capuches sur la scène Black Metal), captivant, dont le rendu live fait clairement justice au petit coup de génie studio. Mais il est temps, il est grand temps, de songer à l’album numero deux. Au boulot !

Remerciements à la Kulturfabrik
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
8

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE