Reportage

As I Lay Dying à Anvers ou le retour du roi

Anvers (JC Kavka), le 03-12-2018

Mardi 4 décembre 2018

As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
était au sommet de sa popularité en 2012 lors de la sortie de Awakened et aurait dû le rester si le chanteur Tim Lambesis n’avait pas pris trop à cœur la phrase qu’on a tous dit ou pensé à l'égard d'une personne qui nous horripile, à savoir « j’ai envie de te tuer ». Son erreur aura été de mettre en œuvre ses pulsions inavouables en engageant un tiers pour mettre fin aux jours de son ex-femme. Après un passage par la case prison, Tim Lambesis et les autres membres du groupe se sont rabibochés dans une vidéo diffusée sur youtube digne des plus grandes telenovelas. Nous ne nous prononcerons pas à propos de ses faits et de l’opportunité d’accepter ou non la rédemption de Tim Lambesis, nous sommes là uniquement pour la musique.



Malgré la publicité négative de cette sordide histoire et une absence de plusieurs années, la tournée européenne organisée en cette fin d’année 2018 a rencontré un succès retentissant ; les sold-out et les agrandissements de la salle initialement prévue s’enchaînent. La première partie de la tournée européenne est assurée par d’une part Bleed from Within
Bleed from Within


Clique pour voir la fiche du groupe
et, d’autre part, Erra
Erra


Clique pour voir la fiche du groupe
.



Le lieu du concert rebaptisé récemment en Kavka Zappa est d’une taille modeste en comparaison aux nombreux fans d’As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
et justifie d’autant plus notre présence ce soir. La disposition de la salle, très large, est classique : la scène à l’avant, le bar à l’arrière et au milieu d’impressionnants pilonnes qui fort heureusement n’empêchent pas d’avoir une vision acceptable de la scène.

La soirée débute avec les écossais de Bleed from Within
Bleed from Within


Clique pour voir la fiche du groupe
, petit frère dans le milieu du metalcore qui assurément est destiné à un avenir prometteur. Dès son arrivée sur scène, le groupe arrangue la foule qui lui répond comme il se doit. Ne vous fiez pas à leurs physiques filiformes -Davie Provan et Craig ''Goonzi'' Gowans m’ont d’ailleurs fait pensé aux frères Hanson, le groupe a de l’énergie à revendre et le son massif qu’il propulse dans la salle a rapidement contaminé l’audience.



La -trop- courte setlist se compose principalement de morceaux du dernier album en date, Era, à l’exception du titre Uprising. Le groupe occupe la scène parfaitement et le frontman Scott Kennedy donne le meilleur de lui-même pour que chaque spectateur présent soit en mesure à l’avenir de placer Bleed from Within
Bleed from Within


Clique pour voir la fiche du groupe
sur l’échiquier du metalcore.

Dans notre chronique d’Era, nous avions souligné l’importance pour eux de gagner en visibilité, ce qu’ils sont en train de faire avec brio –on retiendra également la distribution gratuite de cd d’Era au stand de vente des produits dérivés. Après un passage au Groezrock Indoor que nous avions raté, nous sommes satisfaits d’avoir rattrapé notre manquement et nous ne manquerons pas d’aller les voir à nouveau lors de la prochaine édition du Graspop. A n’en pas douter, on parlera encore souvent de Bleed from Within
Bleed from Within


Clique pour voir la fiche du groupe
. A la fin de la soirée, Scott Kennedy nous confiera que cinq nouvelles chansons ont déjà été écrites et qu’ils espèrent pouvoir sortir une nouvelle production en 2019.

Après une pause d’une quinzaine de minutes, Erra
Erra


Clique pour voir la fiche du groupe
fait son apparition. Le show ne restera pas dans les annales. La faute tout d’abord à un métal progressif à contre-emploi du thème de la soirée. Par ailleurs, la prestation a été de qualité discutable, avec notamment un chanteur qui confond le nom d’un titre et celui de l’album -confusion entre le titre Breach et le nom de l’album Neon- ainsi qu’un problème technique en cours de route.



Le groupe m’a donné l’impression de ne pas particulièrement avoir envie d’être là à nos côtés en ce début de semaine. Je ne pense pas avoir été le seul dans l’assistance à m’être ennuyé, en atteste les deux commères situées devant moi qui ont discuté durant l’entièreté du set ou la personne à ma droite subjuguée par les chips qu'elle mangeait avec une discrétion toute relative.

Il faudra attendre trente bonnes minutes pour qu’As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
prenne le relai, dans une attente qui paraît interminable. Dès que les premières notes résonnent, la magie opère. Le public se soulève tel un seul homme sous l’effet du son brutal. On pourrait aisément croire qu’ils ont fait une pause de quelques semaines uniquement tant le show est rôdé à la perfection. La voix de Tim Lambesis vous percute comme le point d’un boxeur professionnel heurte son adversaire tandis que les musiciens font un sans-faute.



Le setlist est structurée de façon à distiller des tubes en permanence. Tous les albums sortis à ce jour sont explorés, sauf le premier. L’enchaînement The Darkests Nights, A Greater Foundation, My Own Grave et Forever fini par achever l’assemblée qui, dans un dernier souffle, réclame un rappel qui s’articulera en Separation, Nothing Left et 94 hours.

Le sourire affiché sur le visage de chacun des membres d’As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
fait plaisir à voir et est communicatif. Ce retour est une véritable réussite et se hisse dans la liste des meilleurs concerts observés durant cette année 2018 chargée. On croise les doigts pour les revoir bientôt lors des festivals de la période estivale, même si la récente annulation de leur passage au Ressurection Fest en raison de l'opposition de certains festivaliers ne va pas en ce sens.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
7
AUTEUR : Renaud
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasio...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il ...
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....
Amateur de musique métal aux goûts éclectiques, il a rejoint l'équipe en vue de chroniquer diverses sorties d'album. Tu auras peut-être l'occasion de le croiser lors d'un concert à l'A.B., au Reflektor ou en festival. N'hésite pas à lui fait part de ton avis et des idées qui te viennent à l'esprit lors de la lecture de ces chroniques, il t'en sera reconnaissant....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE