Article

Une photo de Julien...

Julien revient sur l'une de ses photos et replonge dans ses sensations du moment, dans le cadre de la quinzaine photos


Dimanche 1 juillet 2012



Il y a plein d'autres photos mieux réussient que celle-ci. Il y a d'ailleurs plein d'autres vrais photographes bien meilleurs que moi. Sauf que ce qui m'a amené à prendre des photos de ces instants de concerts, c'est la passion pour cette musique, le plaisir de pouvoir partager un moment, et qui sait, documenter une histoire de la musique DIY.

Parmi tous ces groupes plus ou moins inconnus, j'ai choisi cette photo de LA QUIETE
LA QUIETE
Clique pour voir la fiche du groupe
. Elle date d'un concert en 2007 à Oostende. Oui, la côte belge. Suffisamment fou ou bien complètement fan je m'étais tapé le trajet en train avec des amis. Enfilant les kilomètres de rails et les heures de trajet pour arriver enfin sur le lieu du concert. La salle trouvée c'est d'abord parler avec des compagnons de longue date, ceux que l'on croise ici et là aux détours des concerts, soient-ils membres de groupes, organisateurs, ou juste fans de tel ou tel groupe. Bien sûr, avant de voir LA QUIETE
LA QUIETE
Clique pour voir la fiche du groupe
on s'enquille avec plaisir les groupes qui font une sorte d'apéritif plus qu'alléchant. Mais passons pour cette fois...

Arrive le moment où LA QUIETE
LA QUIETE
Clique pour voir la fiche du groupe
prend la place, s'installant au sol comme les autres, prenant place dans la fosse plutôt que sur scène. Sans doute juste un désir d'être au plus près de la foule, le plaisir de communier sa passion le plus directement possible. Moi bien sûr, je m'installe ici ou là, je me trouve une place avec mon appareil et j'attends sagement. Les choses s'emballent vite, la musique s'envole, s'installe et prend forme. Une fois tout l'espace envahi par les notes de LA QUIETE
LA QUIETE
Clique pour voir la fiche du groupe
ce sont les corps qui se retrouvent emparés par le plaisir de la mélodie, de l'énergie brute et la puissance d'un emoviolence tel que je l'aime. Je ne suis pas le seul sous le charme. Certains ont décidé de prendre le pli de s'amuser, apparait alors un homme déguisé en robot cartonné. Plus tard c'est une pyramide humaine qui prend forme. De leur côté les musicos se prêtent au jeu allant jusqu'à enfiler le casque du robot. Le set avance, les gars du groupe sont de plus en plus sous l'emprise de leur musique, tel ces vieux bluesmen qui ont vendus leur âme au diable. Le temps passe, le corps frétille, les genoux swinguent, les têtes balancent et c'est le sourire extatique aux lèvres que le concert se termine avec juste le plaisir d'avoir ressenti en live tous ces titres qui vous font tant plaisir.

C'est bien sûr à la fin du concert de LA QUIETE
LA QUIETE
Clique pour voir la fiche du groupe
que j'ai pris cette photo. Le guitariste égrène les dernières notes, doucement, mélodieusement. Le chanteur est à genoux, à bout de souffle, le corps avachi, la tension diminuant et on sent qu'il a une fois de plus tout donné. En arrière-plan, on trouve le public lui-même détendu, relâchant tout doucement le diable qui s'est emparé du corps de chacun d'entre eux. La soirée se termine. Le plaisir a rechargé nos batterie au détriment des musiciens qui ont tout donné et se retrouvent épuisés.

Cette passion dans la musique, le don de soi, le partage, et bien plus encore, tout cela se retrouve selon moi fixé en peu de choses dans cette photo sans grands artifices. Une photo qui sent bon la transpiration et l'émotion d'un bon concert.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE