Article

Titans Club : un nouveau café-concert fait son nid à Lens

On a presque tous découvert le metal dans un petit bar de notre bled natal. Mais comment résistent-ils ?


Lundi 21 novembre 2016

Avec son enseigne immanquable, le Titans Club dénote sur la place de Lens, dans le Hainaut. Et en comprend de suite que le lieu, encore jeune, est consacré au hard rock et au metal. Rencontre avec le gérant, Walter Spadari, qui nous explique comment un café-concert peut faire souche et prospérer dans un petit village de Wallonie.



Walter, tu peux nous dire quelques mot sur ton implication dans la scène metal en général, et les concerts en particulier ?
Au départ, j'ai participé à plusieurs groupes, du speed metal au glam rock en passant par le rock alternatif. Ça c'est mon parcours de musicien, mais je travaille au Lotto Mons expo. Je suis responsable technique, et ça ne me laisse pas assez de temps pour m'engager dans un groupe à nouveau. Sachant qu'il y avait une salle là-bas, j'ai commencé à organiser le Titans Fest, avec surtout des groupes de cover. Et puis voila, en discutant avec des amis, je me suis dit qu'il faudrait qu'un jour je me trouve un petit endroit sympa pour ouvrir un petit bistrot, un café-concert. Et depuis une petite année, c'est fait !



Le Titans Club a ouvert en janvier 2016. Concrètement, comment le projet est-il né ?
Depuis le Titans Fest, des gens étaient déjà prêts à me donner un coup de main, et j'ai gardé la même équipe ici, notamment mon frère, et Guy Duvy, qui est aussi le bassiste de The Hell Patrol, un groupe de cover de Judas Priest. Avec ma compagne, nous étions quatre pour fonder l'ASBL. Ce n'était pas simple de trouver un endroit : au départ on imaginait trouver une salle et la rénover entièrement, mais l'investissement aurait été violent. Et puis on a entendu parler de ce café à remettre à Lens, c'était une opportunité inespérée.

Comment s'organise un concert au Titans, habituellement ?
En fait, ce sont les groupes qui nous contactent. Au départ je prenais tout en charge, mais en y réfléchissant, je me suis rendu compte que je n'allais pas m'en sortir, donc j'ai trouvé un deal : Les groupes sont les organisateurs, c'est à dire que c'est au groupe intéressé de chercher d'autres groupes pour peaufiner la soirée. Une fois que l'affiche est complète, ils se chargent de prendre les entrées, tandis que moi je m'occupe du bar, et on fait la promo ensemble. Ça me semble être un bon deal. Je travaille aussi régulièrement avec trois tourneurs en qui j'ai confiance, Mais parfois j'ai des « one shot », comme ce soir.

Et comment se fait la promo des événements ? Essentiellement via le Web ?
On colle aussi parfois des affiches, un cover band de Nirvana vient justement de m'en envoyer une vingtaine. J'en fais aussi de mon côté, et j'essaie d'en mettre un peu partout. Mais généralement, le plus gros de la promo se fait sur Facebook. En général ça suffit mais bon, c'est pas pour autant rempli tous les soirs. Il faut aussi encore un peu de temps pour que le Titans se fasse connaître.

Justement, Lens, ce n'est pas vraiment le centre du monde. Ce n'est pas difficile de faire vivre un café-concert ici ?
Ah oui, Lens, c'est plutôt un village, mais il est bien placé entre Mons et Ath, c'est déjà un petit atout. Enfin c'est vrai que Lens n'est pas connu, et même souvent confondu avec son homonyme en France ! Mais quand ils le veulent vraiment, les gens font la démarche de venir. Bon, comme le Titans est surtout ouvert le week-end, on ne compte pas vraiment sur une clientèle de riverains, mais ça nous évite aussi d'être perçu comme des concurrents pour les autres cafés de la place.

Et comment se passent les relations avec la commune et les riverains ?
Il a fallu toutes les autorisations pour ouvrir un bar et un lieu de concert évidemment : les pompiers, la SABAM, l'AFSCA, tout ça quoi. Comme dans un bar normal en fait, mais il a aussi fallu avertir la commune qu'on allait organiser des concerts chaque semaine. On a l'autorisation de rester ouvert jusqu'à 2 heures du matin durant les week-ends. je fais très attention que les portes restent fermées, et la salle a une isolation sonore assez efficace. On n'a jamais eu de plainte des riverains à cause du bruit.

A Shoot Me Again, on s'intéresse surtout à l'aspect metal, mais le Titans ce n'est pas que ça : tu organises aussi des thés dansants et des karaokés ! C'est surprenant !
[Rire] En fait, j'essaie de m'en sortir, tout simplement. Financièrement, ce n'est pas évident de se contenter des concerts. C'est un petit village, et ce n'est pas toujours facile d'y attirer du monde. Et puis c'est aussi une question de voisinage : j'ai mis en place un thé dansant pour que les voisins soient intéressés et viennent boire un petit verre en faisant connaissance avec nous. L'activité a pris ses repères, et maintenant j'organise ça une fois par mois, pour des personnes, disons, plus âgées, mais des gens y viennent aussi pour faire un peu la fête, dont des métalleux [rire]. Plus sérieusement, ça permet de vivre avec le village.

En Wallonie, ce n'est quand même pas toujours facile de trouver des concerts pas trop loin de chez soi. Tu crois qu'il y a encore moyen de faire vivre un café-concert metal dans la région ?
Oui, même si c'est vrai que c'est plus dur en Wallonie qu'en Flandre, tu l'as peut-être déjà remarqué. Mais il faut juste éviter de se tirer dans les pattes. Par exemple, le Canal 10 ( NDLA : à Hautrage) de mon ami Jacques organise des activités bien précises comme des répétitions et des soirées jam, ce que moi je ne fais pas. On a souvent des conversations là-dessus, justement. Alors, c'est vrai que ce n'est pas toujours évident d'avoir du monde d'un côté puis de l'autre. Il faut déjà que les gens bougent. Peut-être que ça serait plus simple si j'étais à Mons. Mais bon voila, on a pris le pari. Ça va faire une année, et on commence tout doucement à en récolter quelques fruits, c'est encourageant !



Et donc le Titans Club, c'est bien parti pour durer ?
J'espère. Là le calendrier est complet jusque fin avril, c'est incroyable ! Il n'y a plus un week-end de libre avant ! J'ai un peu de mal à assumer toutes les demandes que je reçois.

Ce samedi, la foule ne s'est pas déplacée en nombre, malgré une programmation solide, avec pas moins de quatre groupes: les jeunes thrasheux de Barely Legal, le groupe de heavy grec Sunlight, suivis de Ruptur Farm et Silverstage. Pourtant, les membres des groupes n'ont pas regretté d'être venus, séduits par l'accueil de l'équipe et la qualité du son. Ils reviendront au Titans Club. Moi aussi.

Titans Club, Grand Place 8 - Lens 7870 - BE


https://www.facebook.com/titansfest

http://www.titansclub.eu
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
295
AUTEUR : Matthias Bertrand
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal...
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal extrême. Comme il aimerait écrire sur ses passions musicales, et que les dinosaures de Rock&Folk ne se décident pas à mourir pour faire place aux jeunes, il a rejoint Shoot Me Again. ...
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal extrême. Comme il aimerait écrire sur ses passions musicales, et que les dinosaures de Rock&Folk ne se décident pas à mourir pour faire place aux jeunes, il a rejoint Shoot Me Again. ...
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal extrême. Comme il aimerait écrire sur ses passions musicales, et que les dinosaures de Rock&Folk ne se décident pas à mourir pour faire place aux jeunes, il a rejoint Shoot Me Again. ...
Journaliste fraîchement diplômé, et déjà désabusé, il a découvert la musique via de vieux vinyles de punk rock, avant de se convertir au metal extrême. Comme il aimerait écrire sur ses passions musicales, et que les dinosaures de Rock&Folk ne se décident pas à mourir pour faire place aux jeunes, il a rejoint Shoot Me Again. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE