Article

De l'huile de bras, de la passion, et un brin de folie...

Interview de Michel, passionné de hot-rod..


Lundi 1 février 2010

Récemment je vous avais présenté Cédric de hotrod.be, et je souhaitais approfondir le sujet, faut avouer que ces caisses aux charmes indéniables méritent qu'on s'y attarde encore plus.
Alors j'ai contacté Michel, un véritable passionné, pour qui les heures de travail et la dépense en huile de bras ne comptent pas.




1) Salut Michel, après avoir interviewé Cédric de Hot-Rod.be, je voulais approfondir le sujet, mais avant plus d'explications,
peux tu nous dire qui es tu?



Salut, je suis passionné des années '40 et '50 depuis mon adolescence. Celà touche bien sûr l'automobile, la musique, le cinéma (polars et science fiction ..), l'architecture et surtout le design industriel et le streamline en particulier. Celà déborde bien sûr aussi sur les années '30 et son style art deco "paquebot" et aussi les années cinquantes et son garage surf endiablé. A 15 ans je fréquentait le milieu garage punk / cold wave. Au tout début des années '80, beaucoup de groupes se mirent à faire de la musique commerciale (newwave). A la même époque il y eut l'arrivée du rockabilly revival et psychobilly avec des groupes comme les Meteors, Cramps et StrayCats entre autres. C'est à cette époque que j'ai acheté ma première voiture américaine en pièces détachées : une Studebaker 1949. Depuis je n'ai cessé de restaurer des Américaines classiques des années '50 (Buick surtout). Paralèlement à celà je roulais en Volvo amazon tout les jours (sorte de petite chrysler miniature). Rouler en HotRod est resté un rêve pendant de longues années jusqu'au jour ou je me suis dit qu'il était temps de passer du rêve à la réalité. N'ayant pas les moyens de m'en payer un et voulant aussi expérimenter la construction telle qu'on la pratiquait dans les années '40 / '50, je me suis mis à la recherche de pièces d'époque. Le premier élément trouvé fut un chassis de Ford A qui pendait dans un ancien atelier de rectification. Je commençai alors à contacter tout les anciens collectioneurs de voitures américaines que j'avais cotoyé depuis tant d'années,, et les pièces commencèrent à pleuvoir. A tel point que je me mis a faire profiter d'autres personnes de mes trouvailles.



2)Ta première construction fut un pick-up, peux tu nous expliquer comment l'as- tu construis?

Comme tout les rods que je construis, c'est au départ un puzzle de pièces trouvées ici et là, dans ce cas-ci, le cabine du pickup fut trouvée en hollande chez un collectionneur. Le moteur, un flathead, je l'ai trouvé à Namur chez un rectifieur qui n'en avait plus l'utilité. Il était neuf et était destiné à construire un groupe éléctrogène. J'ai complété le projet par un maximum de pièces Ford d'époque.Seul les éléments de suspension et ont été remplacés par des neufs en repro ou par des anciens stocks de pièces neuves (NOS) dénichés sur les bourses et chez les collectionneurs.On trouve à peu près tout ce que l'on veux aux états-unis en pièces de réparation aussi. J'ai mis à peu près 3 ans pour le construire, j'ai laissé la cabine telle que je l'avais trouvée et au final le pickp avait un look "patiné" ou "barn find". A sa première sortie il emporta un premier prix. Selon beaucoup de personnes il s'agit du premier hotrod nostalgia "old school" immatriculé et roulant en Belgique.


3)Tu parles d'un Pick up Nostalgia, mais au départ qu'elle est l'histoire de ces engins?

Qui dit Nostalgia dit nostalgie.Un hotrod nostalgia est une sorte de "réplique" des rods que l'on construisait dans les années '40 - '50. A l'époque (et celà avait déjà commencé avant la guerre d'ailleurs), on utilisait des caisses de roadster ford modèles T, A et B que l'on surbaissait, et qu'on dépouillait de toutes les pièces ayant une prise au vent (pare-brise, ailes, marche pieds etc ... Les moteurs étaient des 4 cylindres ou des flathead bricolé, qui furent ensuite équippés d'éléments mécaniques destinés à augmenter la puissance de ces moteurs. C'était la grande époque des inventeurs de génie et des précurseurs tel que Vic EDELBROCK entre autres. Le but : la quête incessante de la vitesse sur lacs assêchés ou salés. De nombreux records furent battus mais les accidents furent légion à cette époque. Beaucoup de jeunes rebelles faisaient la course dans les rues, ce qui ne plaisait pas aux authorités locales bien sûr. Beaucoup de petits courts métrages furent réalisés à l'époque pour dissuader ces jeunes rebelles et ce fut en collabaration avec la police que les clubs locaux se mirent à calmer les ardeurs en organisant les courses sur pistes goudronnées. C'est ainsi que sont nés les "drag races".
Aujourd'hui on utilise le terme de hotrod Nostalgia pour un rod construit dans la tradition de ces rods là, ayant un maximum de pièces d'époque, carrosserie en tôle de préférence et construit dans la tradition artisanale de ces années là.
Synonymes : oldschool ou periodperfect. Pas question d'équipper ces autos de freins à disques, de train avant triangulé par exemple.



4)Tu as retrouvé un vieux roadster à Neuchâtel, peux tu nous expliquer son sauvetage, car on peut bien employer ce mot??:-)

En fait je l'ai trouvé en Belgique chez un collectionneur. Il était en piteux état et très incomplet. J'ai décidé d'en faire un hotrod car certains éléments étaient tellement abîmés qu'il a fallu les remplacer. J'ai monté la caisse de 1930( A ), sur un un chassis de 1932 ( B ). Celà se faisait souvent à l'époque car le chassis de 1932 permettait d'installer un Ford V8 latéral apparu cette année là. Toute les pièces sont d'origine Ford des années '30 et '40 mis a part le bloc moteur qui est un bloc ford flathead français remis à neuf.( Ford ayant vendu les machines destinnées à continuer la production des ces blocs pendant de nombreuses années à Simca. . Il s'agit là d'une véritable réplique sans concessions. Il sera sur la route pour 2010. !

5)Et en plus de ça, Michel, tu ne t'arrètes pas là, tu as encore d'autres projets?

Oui, en matière de HotRods, le projet suivant est plûtôt axé fin '50. Il s'agit d'une Ford coupé 5 fenêtres 1931 qui sera montée sur chassis B, choppée de 4,5 pouces. Il sera équippé d'un moteur Buick nailhead 1959 et d'une boite 4 manuelle de la même époque. Le but étant de rester cohérent en le construisant avec des pièces d'époque. Ensuite il y aura un roadster Ford 1929 qui sera typiquement début '40 avec roues à rayon 16 pouces, flathead Mercury 1942 préparé, pont banjo etc ... Une quasi réplique du roadster piloté par Elvis dans le film "Lovin you".
A côté de celà il y a aussi d'autres voitures en attente comme, entre autres, cette rarissime Chrysler Airflow 1934 que je remet en état de fonctionnement depuis quelque temps et qui a fait l'objet d'un aticle dans la presse dernièrement.



6)Pour quelqu'un comme toi, qui refait vivre ces voitures historiques, quels sont les difficultés que tu rencontres?

En ce qui concerne les hotrods, il a fallu attendre de nombreuses années avant que je me sente capable d'attaquer un projet pareil. Il faut savoir quasiment toucher à tout : soudure, mécanique, freins, peinture, garnissage ... Il faut un minimum de place et ne pas avoir peur de sacrifier ses soirées, week-end et vacances pour arriver à ses fins. Ce n'est qu'après de longues années en autodidacte que je me suis lancé. Trop de gens se jettent dans l'aventure sans se soucier des sacrifices que celà implique et celà mène souvent à des projets abandonnés et revendus. Quand j'ai débuté on trouvait encore pas mal de pièces en cherchant bien sûr. Trop de gens pensent que celà tombe du ciel. Actuellement il y a de moins en moins d'opportunités de trouver des bases ou des pièces si ce n'est aux états-unis. Mais beaucoup d'éléments sont reproduits actuellement ce qui facilite grandement la réalisation de tels projets. Il ne faut pas hésiter à chercher ailleurs que dans notre petit royaume, il existe d'ailleurs une entre aide entre constructeurs en Europe entre autre. Il y a aussi des forums de discussions qui permettent de partager nos expériences.

7)Si tu avais carte blanche quel serait la caisse que tu aimerais retaper?

En matière de hotrods, faire revivre un "survivor" de la grande époque doit être exaltant. Ces voitures qui ont un "pédigré" sont actuellement très recherchées et sont reconnues depuis longtemps dans le milieu des voitures historiques aux état-unis.
Ils remportent d'ailleurs régulièrement de nombreux prix dans les concours d'élégance dans lesquels ils étaient snobbés auparavant. En matière de voitures, j'ai toujours été fasciné par les show cars de la motorama entre autres. D'autres voitures exeptionnelles telle la Tucker, la Stout scarab ou des voitures telle que la Bugatti Atlantic ou carrossées par des "couturiers" de la carrosserie artisanale seraient un vrai plaisir a faire revivre. Je suis très éclectique en matière de belles autos, j'apprécie autant un petite populaire telle une dauphine, qu'une fascinante auburn ou Cord ou bien Mercury Matranga ou Hirohata.



8)En tout cas bravo, un petit mot pour les lecteurs de Shoot Me Again?

Oui, ne pas se contenter de rêver. Passer aux actes en connaissant bien ses limites et ses capacités. Se renseigner, se cultiver, lire, beaucoup, savoir ce que l'on veut et ne pas se disperser. Savoir rester réaliste et ne pas succomber aux modes passagères en matière de hotrods. Beaucoup trop de gens qui n'y connaissent rien veulent prendre le train en marche ce qui mène inévitablement à des dérives qui sont néfastes pour notre mileu qui risque d'être victime de son succès. . On voit trop souvent de belles réalisations homogènes massacrées par leur nouveau propriétaire, issus d'un tout autre milieu et ne ne maîtrisant pas les subtilités de ces réalisations.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
9

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE