Article

Tu veux des plans concert ?

Vendredi 23 juin 2017

Tu rêves de jumper sur scène, faire des solos de feu de Dieu devant un public en délire avec des filles et/ou des garçons nus qui se jettent sur toi… mais ton agenda est désespérément vide?
En province de Luxembourg, lampli.be tente d’apporter des solutions à cette situation en mettant en contact l’offre et la demande de concerts.
Lampli.be est un nouvel outil, une plateforme qui réunit les artistes et les organisateurs d’évènements en province de Luxembourg.
On y regarde d’un peu plus près avec les principaux intéressés : les groupes et les orgas.



D’abord le local

J’entends souvent dire que c’est la meilleure époque pour faire de la musique. Avec Internet, on peut écouter à San Francisco le morceau que toi et tes potes venez de composer dans le fond de ton garage à Bastogne. À ce niveau-là, c’est vrai, c’est plutôt cool, Internet te permet d’être présent partout. Le revers de la médaille c’est que tu es noyé dans la masse des musiciens qui veulent eux-aussi avoir le public en délire.
Au secteur des musiques amplifiées de la Province de Luxembourg, on m’explique que tout projet commence par le réseau local, par une rencontre autour d’une table. Les groupes qui durent sont ceux qui ont fait des années de bar dans leur région. Un groupe ne fait pas sa pub sur Facebook mais dans la vraie vie auprès du mec qui était dans la salle et qui a aimé le show.
« En province de Luxembourg, me précise-t-on encore, il y a un potentiel de plus ou moins 150 groupes en musiques amplifiées. Ce sont des passionnés, des motivés. Le rôle du service public est de leur donner une impulsion pour qu’ils puissent développer leur activité.»
Au fil de ses rencontres avec les rockeurs, metalleux, punks, etc., la Province s’est rendu compte que les musiciens faisaient toujours les mêmes remarques : « On veut jouer mais on ne trouve pas de dates ». Les orgas aussi : « Je ne reçois pas de demande de groupes » ou « Je reçois trop de mails, je ne les lis plus ».
L’idée est donc de partir du local et de mettre en contact l’offre et la demande, de manière virtuelle et instantanée. Lancé le 6 mai 2017, lampli.be compte 76 inscriptions à ce jour.

Certains séduits et d’autres moins

Parmi eux, Flooded Basement. Nicolas Bouchez précise qu’en province de Luxembourg, les concerts ne sont pas nombreux. « Ce n'est pas évident de trouver des concerts réguliers et surtout dans le metal, poursuit-il. Nous espérons participer à plus de festivals et concerts. » Notamment via la mise en relation avec divers acteurs du milieu artistique et la mise en avant des groupes provinciaux. Le groupe profite aussi des conseils et supports de toutes sortes proposés sur lampli.be.

Du côté de Fire Me ! on prend tout ce qui est bon à prendre pour faire parler du groupe et communiquer : Facebook, Myspace, YouTube, Bandcamp, etc. Idem pour lampli.be. Parce que, comme souligné par d’autres musiciens, trouver des prestations quand on n’est pas encore médiatiquement suivi et reconnu, c'est toujours compliqué. « Visuellement, ça le fait, ajoute Renaud Breda, le chanteur, et idem pour ce qui est de l'ergonomie, pas besoin de mode d'emploi. »



Tom de Classic Alien Invasion apprécie la présentation des différents lieux de concerts et des appels à projets et concerts qui sont pratiques pour prospecter. Cela comble un peu le vide laissé par la Federock. Mais Tom reste sceptique.
« Lampli.be n'est qu'une interface et elle ne changera probablement ni le comportement des acteurs du secteur ni la politique de la « ville morte » de nos communes qui tuent les initiatives et les cafés concerts, dit-il. Sur la page des lieux de concerts, les cafés concerts brillent par leur absence. Quant à ceux qui proposent du rock dur... que dire de plus. Il n'y a pas de secret, pouvoir compter sur un réseau de cafés concerts dans lequel un groupe tourne régulièrement et cachetonne est bien plus profitable, surtout dans une région rurale, pour former le groupe, pour fédérer du public, qu'un environnement constitué de quelques lieux subventionnés et de quelques festivals disséminés sur le territoire. »
Tom regrette aussi que, pour les offres de concerts et de festivals, il n’y ait pas une seule proposition qui offre une rémunération juste pour permettre aux groupes de développer leur projet.
« Ce n'est pas avec des tickets boissons et 100 balles de défraiement que l'on avance quand on doit financer une production d'album et investir des milliers d'euros dans son projet, ajoute encore Tom. Bref, cette nouvelle interface s'adresse pour le moment principalement aux jeunes qui débutent et aux amateurs, ce qui est déjà très bien. Espérons que dans le futur nos décideurs culturels y proposeront des projets intéressants susceptibles de créer un environnement propice à l'épanouissement des projets musicaux. Wait and see. »

Il y a concert et concert

Point de vue partagé par David Dehard de l’ASBL Court-Circuit (un des partenaires) qui explique que trouver des dates de concert n'est pas très compliqué. Ce qui est difficile, c'est de trouver des dates de concerts de qualité avec une bonne promotion, une bonne visibilité en profitant d'une tête d'affiche ou de la notoriété d'un événement, avec un bon public et de bonnes conditions d'accueil (catering, cachet, défraiement...).
« Lampli.be reflète bien la réalité du milieu musical en province du Luxembourg, poursuit David. Il est utile à un niveau local. L'avantage est de travailler sur un territoire concret et de façon réaliste, sans promettre la lune, comme d'autres sites pourraient le faire. L’inconvénient et l'avantage, c'est que la province du Luxembourg, c'est peu d'habitants, donc moins d'artistes et moins d'opportunités pour jouer sur scène que dans les autres provinces. »

Pour les organisateurs de concerts et de festival comme le Ward’in Rock, lampli.be est une nouvelle façon de se faire connaître et surtout de découvrir les nouveautés au niveau des groupes de la province. Pour Matthieu Lambert du Ward’in Rock il faut voir cette nouvelle plateforme comme un outil complémentaire au travail de la Province de Luxembourg pour la valorisation des musiques actuelles.
« Il est important de permettre à des artistes de la province de se produire chez nous, ajoute Matthieu. Nous avons eu un tremplin pendant quelque année, depuis il s'est arrêté mais nous continuons à faire venir des groupes locaux. Il y a un potentiel musical dans la province et c'est notre façon à nous de lui permettre de s'exprimer, de se développer. »




Concrètement que trouve-t-on sur lampli.be ?

Une vitrine des artistes
Chaque artiste peut créer sa fiche pour présenter son groupe et sa musique, contacter les différents lieux de concert, et nouer des contacts professionnels.
Les concepteurs ont voulu un site très graphique pour que les groupes aient envie de le partager. En quelques clics, le groupe bénéficie d’une page attractive.

Une vitrine des concerts
En tant qu’artiste ou groupe, tu peux aussi consulter les offres de concerts ainsi que les conditions dans lesquelles se dérouleront les prestations. Plusieurs festivals luxembourgeois ont dernièrement lancé un appel aux groupes pour rejoindre leur affiche.
Si tu es un programmateur, lampli.be te permet de recueillir facilement des candidatures d’artistes intéressés par l’évènement que tu auras proposé via un formulaire. Tu pourras également découvrir des artistes dans différents styles et faire ton choix pour compléter ton line-up.
Le site lampli.be propose également, en collaboration avec différents partenaires, des ressources pour les artistes et les organisateurs : comment réaliser une fiche technique, comment organiser un festival, où trouver des soutiens financiers, etc.

Perso, je trouve que lampli.be est assez original, qu’il a de la gueule et le mérite d’essayer d’apporter du lien entre les groupes et les orgas qui ne se comprennent pas toujours.
Mais ce serait dommage d’en rester là. L’initiative devrait s’élargir au-delà des frontières de la verte province pour s’adresser par exemple à tous les groupes et organisateurs wallons ou belges.
L’ardeur d’avance luxembourgeoise va peut-être donner des idées et des envies à d’autres.
On m’a d’ailleurs confié que la Province était en contact avec la Flandre et avec des gros festivals. On peut donc supposer que les choses vont évoluer. On pourra en reparler dans quelques temps.


http://www.lampli.be

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
1
19
AUTEUR : Isabelle
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évèn...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrièr...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe e...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE