Article

Droit Divin et Evil Invaders pour le premier metal café !

Lundi 28 octobre 2019

C’est pas tous les jours qu’on est invité·es par Classic 21 pour participer à l’enregistrement d’une émission. Alors, on s’est fait beaux et belle (surtout Pierre et Vassili, moi, je suis toujours belle) et direction Le Stock à La Louvière.
Je crois que je n’avais jamais encodé une adresse à La Louvière dans mon GPS et la route m’a parue bien longue depuis ma campagne ardennaise. Heureusement que Vassili a fait la moitié du chemin avec moi et qu’on a pu déblatérer sur le dos du reste de l’équipe de Shoot Me Again.



Le Metal café est inspiré du concept du Blues café qui propose depuis plusieurs années des concerts retransmis en direct depuis différentes salles belges. Marie-Amélie Mastin et Cyril Wilfart, les deux animateurs de Classic21 Metal, ont souhaité faire de même avec le metal.

Vendredi 25 octobre, c’était donc le premier Metal café avec l’enregistrement de l'émission et de deux concerts : Droit Divin
Droit Divin


Clique pour voir la fiche du groupe
suivi d’Evil Invaders
Evil Invaders


Clique pour voir la fiche du groupe
.
Trois heures d’enregistrement dans les conditions du direct avec retransmission le mois prochain.

Sur scène, après avoir salué le public présent uniquement sur invitation, Marie-Amélie introduit Droit Divin
Droit Divin


Clique pour voir la fiche du groupe
et interviewe le groupe comme à l’antenne pendant plusieurs minutes. Vassili nous livre ses impressions.



« Droit Divin
Droit Divin


Clique pour voir la fiche du groupe
fait partie de ces groupes qui ont le bon sens d’enrichir leur production musicale d’un univers graphique et narratif. Il s’en explique d’ailleurs au micro de Marie-Amélie Mastin : leur musique se veut être la bande-son des aventures d’un hors-la-loi fugitif qui n’a eu d’autre choix que de rejoindre les ordres pour échapper à ses poursuivants. Il était évident pour les membres du groupe que cela devait s’accompagner d’engagements esthétiques. Et en effet, lorsqu’ils montent sur scène après une introduction racontée par une voix rauque, on est tout de suite transporté dans leur univers… jusqu’à un malheureux problème technique. Après quelques minutes passées à meubler qui nous permettent d’en apprendre un peu plus sur les projets futurs du groupe, le set peut continuer. Enfin, commencer. Le trio Droit Divin se lance dans un set carré, livrant un rock stoner énergique parfaitement exécuté. Guitares grasses, riffs entêtants, voix graves poussées dans leurs derniers retranchements, batterie percutante. On se régale. Heureusement que Classic 21, dans son émission metal du vendredi soir, est là pour faire aussi reconnaître les talents belges. »




C’est ensuite Cyril qui a présenté Evil Invaders
Evil Invaders


Clique pour voir la fiche du groupe
et qui a discuté avec le groupe de son actualité.
Quand Evil Invaders
Evil Invaders


Clique pour voir la fiche du groupe
a commencé son show, on a perdu Pierre. Pas moyen qu’il reste en place ! Voici ce qu’il a pensé de la prestation du groupe.



« Autant ne pas se le cacher : avoir la possibilité de voir Evil Invaders
Evil Invaders


Clique pour voir la fiche du groupe
dans une petite configuration telle que celle de la salle louviéroise du Stock était une occasion à ne pas manquer. Les musiciens du nord du pays sont en effet aujourd’hui, après douze années d’existence, davantage habitués à jouer sur des scènes comme au Trix à Anvers (où a été enregistré leur dernier album, Surge of Insanity, un live paru le 10 octobre de cette année) ou bien en festivals. Quoi qu’il en soit, les Limbourgeois ont joué le jeu. Et pas qu’un peu. Scéniquement parlant, les backdrops étaient de sortie, tout le comme ce pied de micro orné de chaines et de couteaux ou encore cette pièce en metal frappée du logo du
groupe, apposée sur les pieds de micro extérieurs et tournant sur elle-même. Un détail, certes, mais qui révèle une des caractéristiques de la formation : on baigne dans un kitsch issu de la tradition du thrash, mais totalement assumé. Et donc : qui fonctionne.
Pendant plus d’une heure, la bande à Joe (qui fabrique lui-même ses guitares et ses basses, pour la petite histoire) va balancer pas moins de 14 morceaux, avec une énergie et une prestance live impressionnantes. Ça blaste, ça hurle, ça part dans les aigus et ça se poursuit par un jet de riffs endiablé. Le tout évidemment sous un épais manteau de brouillard et des lights de couleur émanant du sol, accentuant la dramatisation de la scène.
Il est aujourd’hui, et malheureusement, fréquent d’entendre que les formations musicales belges souffrent de la frontière entre le nord et le sud du pays, peinant à convaincre les cœurs du public d’en face. Mais au vu des cris, des applaudissements et des acclamations issues de la fosse de ce soir, nul doute que le quatuor commence à transcender ces barrières imaginaires. Et c’est tant mieux. »


Pour conclure, on a été ébloui·es par les chaussures de Cyril, on a beaucoup rigolé de l’expression « avoir la tête d’un mec qui se fait sucer ».
Plus sérieusement, on a beaucoup apprécié cette soirée et la très chouette ambiance qui y régnait. C’est vraiment sympa d’avoir une présentation détaillée du groupe et de son actualité, de pouvoir interagir avec lui, juste avant de l’apprécier sur scène.
On attend avec impatience la prochaine édition !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Isabelle
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évèn...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrièr...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe e...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE