Article

Maggy Luyten, la vie après Nightmare.

Dimanche 29 décembre 2019

Il y a 3 ans, jour pour jour, j’avais rencontré Maggy au Noise Factory Studio de Wierde (Namur). La chanteuse belge était en plein boom avec le groupe de metal français Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
. Pour différentes raisons, l’article n’avait pas pu être publié. On a remis ça cette année, dans les locaux de Myriad Voice à Dinant.
Il s’en est passé des choses depuis 2017. Maggy a quitté Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
en février 2019 et a des nouveaux projets plein la tête.




Maggy, quels sont tes premiers souvenirs en rapport avec la musique ?
Mon enfance a été bercée par la collection phénoménale de cassettes audio de mon père. Elle comprenait surtout de la chanson française et des oldies américains. Il y avait à la maison tout un mur rempli de ses cassettes. L'occupation du week-end c'était de sélectionner des cassettes et d'écrire des fiches pour chacune d'elles.
Mon père m'a donné le goût à ce côté mélomane. Ma grand-mère m'a aussi initiée au piano. A l'adolescences, j'ai découvert U2, Fleet Wood Mac avec la chanteuse Stevie Nicks, Soulsister, un groupe belge avec lequel j'ai découvert les harmonies, Annie Lennox, etc.
En grandissant, j'ai écouté du new wave avec The Cure, The Smiths, Depeche Mode
Depeche Mode


Clique pour voir la fiche du groupe
, A-ha. C'était l'époque des compils. On écoutait des compils de new wave avec des groupes dont on ne connaissait pas les noms.

Tu voulais être chanteuse quand tu serais grande?
Pas du tout! Je voulais être prof! Je jouais ''à l'école'' avec mes frères et sœurs, ce qui arrangeait bien nos parents. J'inventais des cours et des devoirs. J'adorais ça. J'aimais écrire à la craie sur un tableau. J'ai suivi des études de secrétariat-langues. J'aime beaucoup les langues germanophones.
Pendant tout un temps, mon livre de chevet était un dictionnaire anglais. J'ouvrais une page au hasard, je choisissais un mot et je me disais ''ah cool, je ne connais pas encore ce mot''.
A 15 ans, j'ai intégré mon premier groupe de musique en Flandres, de la new wave évidemment. J'étais claviériste. C'est très simple de jouer du clavier dans un groupe new wave! Le groupe m'a demandé de faire des chœurs mais j'étais timide!



Comment a évolué cette jeune claviériste réservée?
J'ai intégré un autre groupe flamand Meridiane, en 1998. Je touche un peu au piano et à la guitare. Savoir me débrouiller avec un instrument me permet de penser et de visualiser les choses comme un musicien.
Quand on a déménagé en Wallonie, en 2000, j'ai fait les petites annonces pour retrouver un groupe et j'ai intégré Spiritalles comme chanteuse.

On ne va pas pouvoir tout développer mais, en 2003, tu as intégré Over Us Eden, Virus IV
Virus IV
Clique pour voir la fiche du groupe
en 2005, Ayreon
Ayreon


Clique pour voir la fiche du groupe
en 2008 et Epysode
Epysode


Clique pour voir la fiche du groupe
en 2010. En 2015, arrive Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
que tu quittes début 2019. Tu peux nous en dire plus sur cette décision ?

Début 2018, on a fait une tournée qui s’est très bien passée. C’était très chouette mais il y a avait des choses qui, pour moi, ne fonctionnaient, pas. Je leur en ai parlé en proposant de changer ci et ça. J’ai donné beaucoup d’énergie, je ne suis pas la seule à l’avoir fait dans Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
, mais il n’y avait pas de retour. Lors de cette tournée, j’ai dit que je nous laissais un an pour sentir le changement. J’ai pas ressenti ce que je voulais ressentir. Il n’y a pas eu les efforts derrière. J’ai envoyé des mails pour essayer d’organiser les choses, pour que ce soit plus facile pour tout le monde.



J’ai eu une grosse révélation le 15 septembre 2018 lors d’un concert à Grenoble où j’ai fait un set acoustique des chansons de Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
, en première partie de Kip Winger, avec des amis musiciens (Steven Segara, François Brisk, Christophe Godin, Kelly Sundown Carpenter) et des membres de Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
(Yves Campion et Niels Quiais)
Pour la première fois, je me rendais compte que Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
n’était pas le groupe qu’il me fallait.


Crédit photo : Richard Faraud

Mon dernier concert a été au Caire en Egypte, en octobre 2018. C’était un des plus beaux concerts au niveau du public. Plein de gratitude, hyper vrai. Là, je me suis dit, génial, je sentais qu’on était unis, qu’on avait tous eu un déclic. En fait, non. Au Caire, il est conseillé de rester ensemble. Donc, on est toujours restés ensemble et c’était super parce que là je sentais enfin le groupe. D’habitude, il n’y avait pas moyen de vivre le groupe car chacun partait de son côté après le concert. Je kiffais à fond les concerts et puis après j’étais malheureuse. Une amitié qui restait en surface qui n’arrivait pas à s’imposer plus et moi j’ai besoin de ça, dans un groupe. Parce que ça me prend une grosse partie de ma vie.
Individuellement, je les aime beaucoup. Je les apprécie beaucoup en tant qu’être humain, en tant que musicien. C’est pour ça aussi que ça a été difficile de quitter Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
.
En tant que structure, je ne trouvais plus mon compte dans Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
. Il n’y avait rien de mauvais. C’était juste pas assez musicalement pour moi. J’ai besoin de musiciens qui vont comprendre ce que j’ai envie de faire musicalement, qui vont aussi me faire savoir qu’ils apprécient vraiment ce que je fais, qu’ils m’apprécient moi. J’ai besoin de l’entendre. Pas tous les jours mais une fois de temps en temps. Ce que j’aurai aimé c’est qu’on puisse fêter des anniversaires, un nouvel an. Il n’y a jamais eu d’initiative par rapport à ça. Ça restait toujours en surface.
En février 2019, je leur ai dit que je quittais le groupe et, tout d’un coup, ils se sont tous réveillés (rires). Mais c’était trop tard.



Tu n’es pas revenue sur ta décision ?
Non. Le groupe m’a demandé d’attendre avant de faire mon annonce. « Attends de voir comment on se retourne. » Bien sûr, c’est compréhensible. J’attends. Mars, avril, toujours rien. Le problème c’est que tout le monde me demandait « et alors Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
? ». Je ne savais pas quoi répondre parce que j’attendais, par respect. Mais à un moment donné, ça ne va plus d’attendre parce que tu commences à mentir donc j’ai décidé de l’annoncer publiquement au mois d’avril. J’ai posté un truc sympa qui ne leur a pas chié dessus et qui leur a laissé toute la liberté de continuer. J’ai fait un truc super neutre en leur souhaitant tout le meilleur. Après, il y a eu un post disant « Elle nous a planté mais on va honorer les concerts ». Ce n’est pas vrai. Un concert a été booké en juillet 2019 alors que je n’étais pas d’accord.

Quelle a été la réaction du public, suite à l’annonce de ton départ ?
Quelques-uns ont dit « dommage ». La plupart c’était « waouh on est trop excités de savoir ce que tu vas nous faire maintenant pour la suite. » En gros, c’était la confirmation de mon ressenti. Quelque part, tout le monde s’en fiche que je sois dans Nightmare
Nightmare


Clique pour voir la fiche du groupe
ou dans un autre groupe. Mes choix sont doublement confirmés. Je sens que j’ai vraiment ma fan base et que les gens me suivent moi et que c’est à moi de présenter quelque chose de qualité qui pourra peut-être enfin durer un peu plus longtemps.

Après Nigthmare, tu fais quoi ?
Je suis restée en contact avec Christophe Godin qui m’a proposé de faire un concert improvisé à Genève, le 13 juin 2019. On a pris tous les morceaux hard rock qu’on avait en commun, on a fait un concert sans vraiment répéter mais qui s’est super bien passé. Naturellement, on a fait un deuxième concert puis on s’est dit qu’il nous fallait un nom. Il m’a proposé Akoustik Thrill avec des k. J’ai adoré. On a fait un logo dans l’après-midi avec le vinyle et les lettres qu’on aimait bien dans des groupes.
Avec Christophe, je n’ai jamais l’impression de travailler. Ce n’est que du bon temps, du bonheur, tout se fait simplement. Pas sans effort mais simplement en évidence. Ce que je n’avais plus avec Nightmare.


Crédit : Fabrice Dumini.

Tu chantes aussi dans Maiden United (reprises acoustiques d’Iron Maiden
Iron Maiden


Clique pour voir la fiche du groupe
). Les compos, c’est fini ?

À propos de Maiden United, Joey le fondateur de Maiden United, m’a invitée pour chanter quelques chansons lors du show au Female Metal Event, le 13 octobre dernier. On n’a pas répété, on a fait un soundcheck repet et beaucoup improvisé. C’était génial. Il m’a réinvitée en février et mars 2020 pour des shows dans des théâtres aux Pays-Bas.
Pour répondre à ta question, non, les compos ne sont pas finies. Avec Christophe Godin, on travaille sur un nouveau projet. Il est trop tôt pour en parler mais ce sera des compos personnelles.
On n’a pas envie de faire du prog ni du jazz. J’ai gardé ce que j’adore dans le metal, c’est-à-dire le son des guitares, la puissance de la musique. Pour le reste, surprise !
On se voit en janvier 2020 pour concrétiser des choses qui vont nous faire avancer et sortir de l’ombre.



Tu es aussi coach vocal. Peux-tu nous en parler?
J'ai donné mes premiers cours de chant il y a 15 ans. Après un concert, quelqu'un m'a dit ''Tu chantes trop bien, tu veux pas de donner des cours''. J'étais autodidacte, j'apprenais ce que je savais mais je trouvais que ce que je faisais n'était pas très correct. J'ai alors pris des cours de chant avec un chanteur lyrique à Aix. Je suis une technicienne de la voix. Tu chantes et je décortique ta voix.
De plus en plus de gens sont venus à mes cours. Maintenant, au sein de Myriad Voice, j'organise des BootCamps pour plusieurs personnes ou des ateliers. Par exemple sur la voix saturée, l'improvisation vocale ou pour découvrir sa voix.

Ton instrument c’est ta voix. Est-ce qu’une voix évolue, s’améliore ?
Je travaille moins ma voix mais mieux. Avant, je travaillais tout le temps ma voix mais pas forcément comme il fallait. J’ai par exemple récupéré les aigus parce que j’ai toujours travaillé le côté musculaire de ma voix et j’ai négligé la flexibilité des cordes vocales. J’ai aussi développé de l’endurance avant que la fatigue vocale ne commence.
Ça va être mon challenge dans le nouveau projet c’est penser à intégrer ce dont je suis capable. Pour m’amuser. Parce que bien souvent tu restes dans ta zone de confort.

Comment s’annonce 2020 ?
Très positif. Depuis 2017, il s’est passé pas mal de choses qui m’ont fait maturer comme un bon vin. J’ai appris à prendre beaucoup de recul et à donner de la valeur à ce que j’ai sur le moment. Je profite beaucoup plus. Vive la quarantaine, c’est un super âge !



Akoustik Thrill : https://www.facebook.com/akoustikthrill

Maiden United : https://www.facebook.com/MaidenuniteD

Maggy Luyten : https://www.facebook.com/maggy.luyten

Myriad Voice : https://www.facebook.com/myriadvoice.singers - http://www.myriadvoice.com

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Isabelle
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évèn...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrièr...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe e...
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....
Ancienne journaliste notamment pour L’Avenir et SudPresse, elle a couvert, avec son carnet et son appareil photo, beaucoup de concerts et d’évènements culturels et musicaux en province de Luxembourg. Les conditions de travail des journalistes (qui ne sont toujours pas au top, soit dit en passant) ont fait qu’elle a réorienté sa carrière vers un autre secteur et qu’elle est devenue terriblement en manque… d’écriture. A rejoint l’équipe en juillet 2016....

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE