Article

Ultras Inferno, qui sont ils ?

Interview de Max.....


Mercredi 3 mars 2010

Ils sont l'âme diabolique de Sclessin, ils défendent leur club par vent et marée, ils protègent Liège comme le dernier bastion à conquérir, ils sont les Ultras Inferno, fraction anti-fasciste et anti raciste du Standard de Liège.
Rentrons avec eux dans l'univers des tribunes engagées, et enragées!!




1) Salut avant toute chose, peux tu donner aux lecteurs de Shoot Me Again, une définition du mouvement Ultra?

Le « mouvement ultra » est né en Italie dans le courant des années 60/70. Il s’inspire du « modèle anglais » tout en restant très différent de par son implication plus concrète dans le club, selon moi, de par ses diverses actions dans le stade pour encourager son équipe.

Comme l’indique son nom, « Ultra », ce mouvement regroupe des Supporters « acharnés » de leur équipe de Football. Prêt à les suivre partout, dans leur championnat, comme en Europe, par tous les moyens possibles. Un Ultra encourage son équipe, de par ses chants durant toute la rencontre, ou de ses animations (« Tifo ») à l’entrée des joueurs sur le terrain. Un Ultra peut aussi se distinguer de par sa radicalité dans ses actions (lorsque l’équipe joue mal ; Grève d’encouragement, Tribune bloquée, message incendiaires, descente aux entrainements…). Un groupe Ultra structuré peut avoir une influence énorme sur les décisions du club (politique de transfert, prix des tickets, …).

En bref, un groupe Ultra, est un groupe constitué de Fans invétérés faisant partie à part entière de la vie du Club de football qu’ils supportent. Ils peuvent lui vouer un Amour indéfini, comme une colère redoutable quand le groupe estime que le Club « ne le respecte pas » à sa juste valeur ou se « fout » simplement des Supporters en général. Certain estime qu’il s’agit en quelques sortes du « syndicat » des fans.

Attention, il n’y a pas de définition du « parfait petit Ultra »… Car chaque club, chaque groupe, chaque pays, chaque continent a ses spécificités, ses contextes qui font qu’il est impossible de définitif un « profil type ». Disons que ça se joue au feeling, à l’état d’esprit, c’est plus une philosophie, une manière d’appréhender le match qu’autre chose.



2)Quelles sont les différences entre les Hooligans et les Ultras?

Finalement, il y a peu de différence… Si ce n’est qu’on parle de deux mouvements ayant, pour l’un, ses origines dans le Nord du continent, l’autre au Sud. Sur le fond, ils sont identiques ; il s’agit de deux types de groupement Supportant de manière passionnée une équipe de Footbal.

Ces mouvements ne se différencient que par la forme… En effet, le mouvement Ultra est plus « démonstratif », et plus « structuré » au niveau du club (Il s’agit souvent de groupement « officiels », reconnus par le club- mais tout en tenant absolument à son « indépendance » vis-à-vis de celui-ci -, avec une hiérarchie bien définie, un directif, des tâches,…). Tandis que le mouvement Hooligans est plus « anarchique », moins contrôlable, mais tout en ayant malgré tout une certaine organisation.

Mais la différence la plus marquante entre les deux se porte sur la violence. En effet, la violence n’est pas le but premier d’un groupe Ultra. Contrairement à un groupe Hooligan. Pour un groupe Ultras, supporter, de manière vocale où visuelle, son équipe reste PRIMORDIALE. La violence vient en second, voir en troisième et pour la plupart des cas, seulement si elle s’avère nécessaire. On pourrait dire que tout est une question de préméditation.



3) Tu es un des membres influents des UI96, peux tu nous expliquer l'origine et le but de votre mouvement?

C’est en 1995 que les travaux de rénovation du stade de Sclessin ont débutés en vue de l’EURO 2000 (Coupe d’Europe de Football). La première tribune qui fut modifiée a été le « cœur et Chœurs » de Sclessin, la Tribune 3 (côté Terril). Le grand « Virage Terril » fut rasé et une tribune de deux, puis 3 étages fut construite. Ce changement a provoqué un refroidissement considérable de l’ambiance dans ce secteur du stade.

Le Hell Side 1981, groupe hooligans historique du Standard, qui réside en Tribune 3 depuis le milieu des années 80’, prend les choses en main et de par l’initiative de quelques uns de ses membres, créent une « section », en août 1996, les ULTRAS INFERNO (« Ultras » pour son inspiration latine, « Inferno » pour le nom donnée au stade de Sclessin par un journaliste français dans les 60’s ; l’Enfer de Sclessin) et ce, afin de redynamiser l’ambiance au Standard ainsi que d’y apporter une touche plus latine.

C’est en 1999/2000 que les UI96 deviendront un groupe à part entière et indépendant avec son propre directif. Son propre local viendra plus tard, en 2002, de par la création d’une ASBL, « La COSA SL », située non loin du stade et où nous nous réunissons en semaine, lors des matchs, ou encore, lors de l’élaboration des « tifos ».



4)Je pense que votre grande spécifité est l'anti-racisme, et l'anti-fascime, pour quelles raisons? Etait-ce une nécessité dans le monde du foot?

Oui en effet, nous sommes clairement Anti-raciste et Anti-fasciste. Cela est venu progressivement, pour finalement devenir une spécificité incontournable aux yeux de chacun des membres du groupe.

Pourquoi ? Plusieurs raisons me viennent à l’esprit. La première, l’Histoire de Liège. La Cité Ardente a toujours été une cité « résistante » de par son Histoire. Ensuite, sa multi culturalité, son mélange d’origines ethniques, son ouverture d’esprit en général. Les différentes couches sociales de la société, et bien entendu, cette multi culturalité a toujours été fortement représentée dans les Tribunes de Sclessin. Les différents groupes comportent des gens de chaque couche sociale et de chaque origine ethnique. Cet esprit cosmopolite est une marque de fabrique dont nous sommes très fières à Sclessin. A partir de là il aurait été inconcevable de ne pas finir par s’affirmer Antifa’ et/ou Antira’.

De plus, les groupements de supporters sont très souvent catalogués « Raciste primaire infiltré par l’Extrême Droite ». On démontre que cette idée reçue est un amalgame phénoménal et qu’il existe une réelle alternative dans le milieu du Supporterisme. Dans un autre genre il y a aussi des groupement de supporters qui eux mettent en avant leur appartenance à une ville ou un quartier, voir à une idéologie AVANT le club de football. Le stade étant pour eux un moyen d’expression. Mais nous ne partageons pas cet état d’esprit, le club que nous supportons restant le principal, mais attention, pas à n’importe quel prix.





5)Vous pratiquez un véritable combat visuel lors des matchs, peux tu me donner des infos concernant l'importance des tiffos?

Un tifo représente, en gros, toute la puissance d’un groupe Ultra. Cela représente des jours et des nuits de travail. Cela représente un investissement humain, mais aussi financier. On finance cela « à la débrouille » de par la confection de matériel (écharpe, sweat, t shirt, casquette, stickers, gadgets, carte de membre, collecte, festivités, …) à l’effigie du groupe.

Le tifo doit donner du courage en début de match, tant aux joueurs qui doivent se sentir transcendés par cette marque de soutien inconditionnel qu’aux fans eux même, fières de leur réalisation, qui continueront à pousser l’équipe out au long de la partie !

Cela sert aussi à impressionner l’adversaire, à l’écraser moralement, tant sur le terrain que dans les tribunes. Et ce, afin d’affirmer que « nous sommes les meilleurs » dans le tribune, et, on l’espère à l’issue du match, sur le terrain.

5bis) Au standard, vous êtes plusieurs groupes de supporters, quels sont les rôles de chacuns,et leurs spécifités?

Tout d’abord il y a le KOP ROUCHES, créé vers 1968. C’est le premier groupement de supporters rouche. Il existe toujours, mais est moins « puissant » qu’à l’époque. C’est un style plus british, comme son nom l’indique c’est un Kop, à l’anglaise, du genre à ce qu’on peut voir à Liverpool, sauf que depuis une dizaine d’année, ils pratiquent également des Tifos. Essentiellement des « levé de papier » ce genre se prêtant mieux au style de ce groupe. La moyenne d’âge est relativement âgée.

Ensuite il y a eu le HELL SIDE, crée en 1981. Il s’agit de dissident du Kop Rouches. Son style est clairement british également, mais de type Hooligan. Son trip c’est la violence, sans pour autant mettre de côté le soutien inconditionnel au club. Contrairement à d’autres groupes du même genre, favorisant clairement la violence au soutien de leur club.

Bien sur, il y a les UI96, et ensuite il y a eu la création du PUBLIK HYSTERIK KAOS en 2004. A la base il s’agit d’un groupement de supporters, sans ligne de conduite spécifique si ce n’est supporter le club, et la confection de Tifos dans une tribune qui jusqu’en 2004, était inhabitée depuis la rénovation du stade. Au fil du temps, ce groupe s’est clairement identifié de mouvance « Ultra ».

L’ensemble de ces groupes sont à tendance, ou clairement antiraciste & antifasciste.



6)Généralement comment êtes vous perçu par les autres supporters?

Cela dépend. Au début, nous étions relativement mal vus… Notre style de supportérisme « bousculait » les habitudes à Sclessin. Les drapeaux, des fumigènes, des poussées, etc. Ce n’était pas courant dans les tribunes belges. Il a fallu le temps que ça « entre dans les habitudes ».

Mais à force de dialogues, de rencontres, etc. Un dialogue c’est installé, une compréhension et un respect mutuel également. On peut dire qu’à l’heure actuelle, cela a évolué dans le bon sens.


7)Qu'es qui fait un bon "Ultra Boys"?

Son état d’esprit en général, sa manière d’appréhender le match contrairement à un supporter dit « lambda ». Mais je le répète, il n’existe pas de définition du « parfait petit ultra » tout le monde est ultra à sa manière finalement.



8)Quels sont tes coups de gueule pour 2010?

Les clubs de football doivent arrêter d’augmenter sans cesse le prix des tickets au stade ! Plus on avance, plus le fait d’être passionné de football devient un luxe ! Le football EST et DOIT rester POPULAIRE. C’est l’essence même de ce sport !

Les autorités doivent arrêter la chasse aux sorcières. La répression abusive dans les stades de football ne sert qu’à justifier certains budgets fédéraux. Même s’il est certain qu’un encadrement peut, dans certains cas, s’avérer nécessaire, cela prend des proportions démesurées et avec celles-ci, notre mouvement est en danger !

Mon dernier coup de gueule ira aux fans du Standard, qui, plus on avance, plus ils s’habituent au succès… De plus en plus, nous sifflons l’équipe, nous devenons exigeant… Et force est de constater que nous oublions d’où nous venons et le pourquoi de notre présence en tribune ! En bref, jouons notre rôle de 12ième Homme comme il se doit ! Ensuite, ajoutez à cela la présence dans le stade de plus en plus de « « Fans » » présents depuis le premier titre en 2008… Mais qui oublieront vite le chemin de Sclessin après une voir deux saisons de mauvais résultat.



9) Tu sais maintenant que Shoot Me Again est un site de musiques et de cultures alternatives, y-a-t-il des groupes de musiques proches des Ultras?

Oui tout a fait, dont assez bien dans le milieu du Hip Hop (Libertas Gentes
Libertas Gentes


Clique pour voir la fiche du groupe
, Starflam, MGR
MGR


Clique pour voir la fiche du groupe
, …) mais aussi dans d’autres genres comme le Hardcore liégeois (Surge of Furry), Da Familia a participé aux festivités de nos 10 ans, etc.

Lors de chaque événement de taille organisé par le groupe, nous mettons en place un concert qui met en valeur des jeunes et moins jeunes talents liégeois et/ou étrangers.

Pour nous, la musique, au même titre que les Tribunes, sont un moyen d’expression qui doit se cultiver.

Merci à SHOOT ME AGAIN pour l’intérêt porté à notre entité, bonne continuation, et à bientôt.

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
350

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE