image
The End Records



image
Vendredi 6 juin 2008

Pour être franc, je ne connaissais Mindless Self Indulgence
Mindless Self Indulgence
Clique pour voir la fiche du groupe
que de nom jusqu'à ce que je reçoive leur nouvelle plaque dans ma boîte aux lettres. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre mais le son de guitare retro et la voix claire de l'intro m'ont un peu interpellé. Puis 15 secondes plus tard, la sentence tombe : c'est de l'electro-rock. Première réaction : l'electro-rock, c'est pas ma came en général.

Mais là, avec la voix parfois un peu aiguë (à la The Blood Brothers
The Blood Brothers
Clique pour voir la fiche du groupe
) et le son de synthé 8-bit (à la Horse The Band
Horse The Band


Clique pour voir la fiche du groupe
), j'ai l'impression qu'on me prend par les sentiments par ces quelques petits extras. Un peu comme le gadget qui nous fait acheter une marque de céréales qu'on aurait pas achetée autrement, avant de se rendre compte qu'elles sont vraiment pas mauvaises, ces céréales.

Mais ces céréales-ci, elles sont là pour faire la fête dans la bonne humeur. Une fête à laquelle on inviterait aussi The Robocop Kraus
The Robocop Kraus
Clique pour voir la fiche du groupe
, par exemple. Les arrangements electro sont supportables et même pas dérangeants, et un morceau comme Evening Wear, est simplement excellent, à base de "hey hey hey papapadap pap" ! Sur les parties les plus rapides, les rythmes electro donnent aussi un petit effet à la Alec Empire
Alec Empire
Clique pour voir la fiche du groupe
, en moins rébarbatif. Prescription est un morceau on ne peut plus simple. Et ils n'ont pas fait l'erreur d'user et abuser de leurs possibilités electro et synthé, ce qui est tout à leur honneur. Et au bonheur de nos oreilles.

Ce qui fait aussi toute la fraîcheur de ce disque, c'est ce perpétuel côté "délire" qu'on y retrouve. Des samples en tout genre viennent orner les morceaux, et le chanteur, Jimmy Urine, utilise intelligemment sa voix pour ne pas lasser. Il n'y a que sur les morceaux aux loops electros trop flagrantes ou trop agressives, comme Revenge ou Pay For It, que je n'adhère pas trop.

La version de l'album que j'ai reçue est agrémentée de 2 bonus tracks (dont Uncle, qui mérite plus que le statut de Bonus Track tant ses sonorités et ses rythmes cassés trouvent leur place sur cette plaque) et de 4 remixes de Never Wanted To Dance, le très bon morceau qui lance ce disque.

Si je peux vous donner un conseil, écoutez ce disque si vous n'êtes pas entièrement allergiques aux sons electros. J'aimerais quand même voir ça sur scène.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE