Chronique

POISON THE WELL
Versions

image
Ferret Music



image
Samedi 7 juin 2008

Quand You Come Before You, le quatrième album du groupe, est sorti en 2003, il faut dire que j'ai été assez déçu. Déjà inquiet par la tournure mélodique prise par le groupe avec le pourtant excellent Tear From The Red quelques années plus tôt, cet album n'avait alors qu'enfoncé le clou. Le groupe s'était enfermé dans un style très actuel de emo-hardcore mélodique, le genre qui va toujours de pair avec sa mythique mèche sur le côté. Des morceaux acoustiques, chantés en voix claire plein d'émotions, bref il ne m'en aurait pas fallu beaucoup plus pour jeter Poison The Well
Poison The Well


Clique pour voir la fiche du groupe
dans ma poubelle musicale, déjà bien remplie par The Used
The Used


Clique pour voir la fiche du groupe
, My Chemical Romance
My Chemical Romance


Clique pour voir la fiche du groupe
et le demi-million de groupes qui s'en sont inspirés. Mettons les choses au clair, je n'ai pas réellement de poubelle musicale, là c'était juste une métaphore.

Enfin, tout ça pour dire que ce Versions, pourtant sorti l'an dernier, n'a retenu mon attention qu'il y a quelques mois, piqué au plus vif dans ma curiosité par pas mal de chroniques assassines. Dès lors, il y avait deux solutions. Soit ils avaient continué dans leur soupe à la daube mélodique ce qui a agacé tout le monde, soit ils ont encore viré de bord ce qui a tout de même agacé tout le monde.

A mon grand étonnement (et à ma grande joie), c'est finalement cette deuxième solution qui semble expliquer les réactions négatives. En effet, Letter Thing, qui démarre l'album, semble vouloir mettre tout de suite les choses au point. Un tempo bien rapide à l'ancienne, un peu à la Shai Hulud
Shai Hulud


Clique pour voir la fiche du groupe
. Le tout pour laisser place à un mid-tempo presque beatdown.

Le fait est que le groupe s'est apparemment ouvert l'esprit, aéré par les très fréquents changements de line-up qui ont précédé cet album. On retrouve sur certains morceaux des ambiances abordées par un certain Cave In
Cave In


Clique pour voir la fiche du groupe
auparavant ; il y a également un certain côté "southern rock" qui ressort du jeu de guitare par moments. Attention, je n'ai pas dit non plus qu'on avait droit ici à un remake de Distance Only Makes The Heart Grow Fonder (premier EP du groupe, avant même l'arrivée du chanteur Jeffrey Moreira) car certains morceaux, comme Slow Good Morning, mettent toujours l'accent sur la mélodie. Mais ils ont laissé tomber leur côté pleurnichard, alors c'est supportable.

Bref, sans être le meilleur album du groupe, Versions permet à Poison The Well
Poison The Well


Clique pour voir la fiche du groupe
d'effectuer un virage à 90° juste avant le gros mur en béton, et leur ouvre la route vers un avenir certainement plus en accord avec leur passif.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE