Chronique

CEREMONY
Still Nothing Moves You

image
Bridge Nine Records



image
Mercredi 1 octobre 2008

Si vous pensez que la scène Hard Core tourne en rond et qu’elle est devenue prévisible, ce disque devrait vous réconcilier avec. Dès l’intro angoissante et oppressante de Dead Moon California, nos sens se mettent en éveil. La batterie fait son apparition, succédant à la basse malsaine, donnant le top départ à une furie explosive qui ne se terminera qu’au bout de 15 titres et de 21 minutes.

Le deuxième album de CEREMONY
CEREMONY


Clique pour voir la fiche du groupe
s’impose déjà comme un élément majeur et durable dans l’histoire du punk. Très sombre, Still Nothing Moves You n’est pas sans rappeler FROM ASHES RISE
FROM ASHES RISE
Clique pour voir la fiche du groupe
ou TRAGEDY
TRAGEDY
Clique pour voir la fiche du groupe
. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on retrouve Dan Rathburn aux manettes.

Des passages noises font également leur apparition dans les ralentissements. Et si le chant quant à lui peut se comparer à la voix de JOHN JOSEPH (CRO-MAGS
CRO-MAGS


Clique pour voir la fiche du groupe
), CEREMONY
CEREMONY


Clique pour voir la fiche du groupe
a aussi des allures de BLACK FLAG
BLACK FLAG


Clique pour voir la fiche du groupe
.

CEREMONY
CEREMONY


Clique pour voir la fiche du groupe
a su mélanger des influences tirées du Punk, du Hard Core, du Grind, du D-Beat et de la Noise pour aller à l’essentiel et concocter une musique à la fois dérangeante, déroutante et puissante. Le groupe nous tient dans le creux de sa main, et nous sommes à sa merci, subjugués par la vigueur déployée.

Il n’y a pas de doute, ce deuxième disque devrait imposer CEREMONY
CEREMONY


Clique pour voir la fiche du groupe
comme un groupe novateur, efficace et sincère. Still Nothing Moves You entrera à coups sûrs dans les annales et on peut sans prendre de risque déjà le classer parmi les meilleurs albums du genre… si pas le meilleur !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE