Chronique

ISAIAH
Ils consomment, tuent et prient mais ne pensent pas

image
Ruin Your Fun / For U and X Records / Let the tigers out records



image
Vendredi 3 juillet 2009

La "musique rock contemporaine" peut être considérée comme un produit de marketing de masse, tout en y trouvant parfois une certaine qualité. Mais elle peut aussi être totalement aux antipodes d'une logique mercantile. Elle peut aussi être faite de sang, de sueur, de violence et d'émotion. L'album d'Isaïah fait définitivement partie de cette seconde catégorie. Trente-sept minutes d'une intensité inouïe, montagne russe schizophrénique alternant entre puissance screamo maximale et recherche mélodique ultra-émotive. Ca hurle, ça cogne très dur, ça secoue des cordes de basse, mais derrière, ou plutôt entre ces décharges soniques phénoménales on retrouve des atmosphères captivantes, parfois faites de simples arpèges efficacement répétés.

Il y peut-être Isis, Pelican, Mogwai, Black Heart Rebellion derrière tout cela, mais c'est Isaïah qui impressionne sans relâche, jusqu'au final cinématographique. En parlant de cinéma, on aimerait bien trouver un cinéaste assez torturé pour créer des scènes autour de ces morceaux, plutot que le contraire, tant ils peuvent inspirer. Évidemment, il faut accepter l'absence totale de compromis. Même si les paroles ont clairement quelque chose à dire (juste un exemple : 21-28 juin 1871 tire son nom d'un épisode terrible de l'histoire de France, la Semaine Sanglante de la Commune de Paris), on sera bien obligé de les lire, car la passion vocale rend les mots difficiles à discerner.

Ils consomment, tuent et prient mais ne pensent pas est un album sec, intense, joué au fil du rasoir, comme si la vie du groupe en dépendait. Ce sentiment d'urgence, de nécessité si souvent absent de la musique que nous sommes censé écouter, Isaïah en a à revendre. Nous en avons besoin. Nous en aurons toujours besoin.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
4
AUTEUR : Denis
UPDATE : Merci de ne plus me proposer d'albums à écouter, je n'ai malheureusement plus assez de temps à consacrer à cela :( Le reste de la team sa...
UPDATE : Merci de ne plus me proposer d'albums à écouter, je n'ai malheureusement plus assez de temps à consacrer à cela :( Le reste de la team saura certainement en faire meilleur usage... Je danse sur l'architecture depuis plus de dix ans, d'abord pour RifRaf en presse écrite, et puis pour quelques webzines, comme Pinkushion, Psychotoni...
UPDATE : Merci de ne plus me proposer d'albums à écouter, je n'ai malheureusement plus assez de temps à consacrer à cela :( Le reste de la team saura certainement en faire meilleur usage... Je danse sur l'architecture depuis plus de dix ans, d'abord pour RifRaf en presse écrite, et puis pour quelques webzines, comme Pinkushion, Psychotonique et VisualMusic. J'écris des chroniques rock n roll et autres choses sur Un seul critère : il faut que j'...
UPDATE : Merci de ne plus me proposer d'albums à écouter, je n'ai malheureusement plus assez de temps à consacrer à cela :( Le reste de la team saura certainement en faire meilleur usage... Je danse sur l'architecture depuis plus de dix ans, d'abord pour RifRaf en presse écrite, et puis pour quelques webzines, comme Pinkushion, Psychotonique et VisualMusic. J'écris des chroniques rock n roll et autres choses sur Un seul critère : il faut que j'ai envie d'écrire dessus, simplement. Ou encore : Twitter Facebook ...
UPDATE : Merci de ne plus me proposer d'albums à écouter, je n'ai malheureusement plus assez de temps à consacrer à cela :( Le reste de la team saura certainement en faire meilleur usage... Je danse sur l'architecture depuis plus de dix ans, d'abord pour RifRaf en presse écrite, et puis pour quelques webzines, comme Pinkushion, Psychotonique et VisualMusic. J'écris des chroniques rock n roll et autres choses sur Un seul critère : il faut que j'ai envie d'écrire dessus, simplement. Ou encore : Twitter Facebook ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE