Chronique

CAVE IN
Planets Of Old

image
Hydra Head



image
Jeudi 24 septembre 2009

Planets Of Old marque la sortie d’un hiatus de près de 4 ans pour le groupe de Boston. Toutefois l’avenir de CAVE IN
CAVE IN


Clique pour voir la fiche du groupe
reste encore incertain, même si semble-t-il le groupe travaillerait sur un album.

Si l’attente fut longue, voire éventuelle, le quatres titres que propose CAVE IN
CAVE IN


Clique pour voir la fiche du groupe
sur cet EP valait l’enjeu. On s’en doutait déjà avec Perfect Pitch Black, dernière plaque sortie par les Bostoniens avant la pause, l’époque d’Antenna est belle et bien révolue. C’est un groupe à nouveau inspiré qu’on retrouve laissant suggérer que cette séparation confuse a été profitable.

Si avec Jupiter, CAVE IN
CAVE IN


Clique pour voir la fiche du groupe
à l’instar d’un ISIS
ISIS


Clique pour voir la fiche du groupe
, marquait un tournant dans son style en s’aérant fortement dans son jeu et si Antenna faisait craindre le pire en matière de ramollissement, avec Perfect Pitch Black et maintenant Planets Of Old, on pourrait dire que CAVE IN
CAVE IN


Clique pour voir la fiche du groupe
nage à contre courant. En effet, à l’opposé d’ISIS
ISIS


Clique pour voir la fiche du groupe
justement cité et de la tendance actuelle à alléger, CAVE IN
CAVE IN


Clique pour voir la fiche du groupe
choisit de revenir à des compositions où la rythmique est frontale et ronde et où l’énergie se veut explosive. Nous sommes loin (mais pas tant que ça quand même) de l’époque plus chaotique et Hard Core du groupe. À l’exception de The Red Trail qui trace comme un obus, CAVE IN
CAVE IN


Clique pour voir la fiche du groupe
s’est efforcé de joindre les deux tendances : plus raffinée et plus brute.

Cayman Tongue est d’ailleurs la pierre angulaire de ce EP. Long de plus de 6 minutes, on ouvre le disque sur une basse bien présente et une guitare typique au groupe mais très rapidement qui saura aussi se montrer lourde. Le chant de son côté est resté mélancolique et mélodique mais Stephen Brodsky en fait beaucoup moins. Résultat, ce chant sonne bien mieux maîtrisé et de suite moins agaçant. Tout comme la guitare qui dévoile ses deux facettes, le chant de Caleb Scofield vient très tôt contrebalancé un soi-disant manque de pugnacité avec ses hurlements. On sent que les collaborations dans les projets parallèles que sont DOOMRIDERS
DOOMRIDERS


Clique pour voir la fiche du groupe
, THE OLD MAN GLOOM, CLOUDS
CLOUDS


Clique pour voir la fiche du groupe
ou ZOZOBRA ont permis aux membres du groupe de se repositionner. À mi-parcours, un déferlement strident et chaotique sonne une fin au titre pour mieux tromper l’auditeur car Cayman Tongue va reprendre de plus belle. Sous la forme d’un déluge musclé, les réminiscences du Hard Core Chaotique d’antan vont clôturer de manière exemplaire ce titre. La couleur est annoncée, il faudra se caler dans son siège.

Certes la suite manque un peu de cohérence dans sa globalité. Mais il ne s’agit que d’un quatre titres, sorte de remise du pied à l’étrier. Retina Sees Rewind par exemple joue plus sur les mélodies typiques du groupe mais à une vitesse qui laisse bien entrevoir la détermination actuelle de CAVE IN
CAVE IN


Clique pour voir la fiche du groupe
à revenir à des compositions plus costaudes. The Red Trail de son côté comme déjà évoqué ne connaît aucune hésitation durant 2 minutes avant de laisser la place à Air Escapes qui est sans doute le titre le plus faible (mais de qualité quand même) du disque, car plus convenu.

Planets Of Old n’est absolument pas une compilation de 4 titres oubliés dans un tiroir avant un hypothétique retour comme peut le laisser entendre le nom du EP. Il s’agit plutôt d’une compilation de 4 nouveaux titres, sorte de mise en bouche d’un futur probable (inespéré ?) pour CAVE IN
CAVE IN


Clique pour voir la fiche du groupe
. Il faut l’accepter comme telle et profiter de l’inspiration actuelle du groupe qui est à nouveau quasiment au top… tout en espérant la retrouver très vite.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE