Chronique

GEISHA
Die Verbrechen Der Liebe

image
Crucial Blast Records / SuperFi Records



image
Mardi 13 octobre 2009

La GEISHA
GEISHA
Clique pour voir la fiche du groupe
anglaise affiche deux visages. L’un plutôt Noise et l’autre plutôt Psychédélique.
Côté Noise, c’est dans un déluge sonore typiquement anglais (TODD
TODD
Clique pour voir la fiche du groupe
, PART CHIMP
PART CHIMP


Clique pour voir la fiche du groupe
, MY BLOODY VALENTINE
MY BLOODY VALENTINE
Clique pour voir la fiche du groupe
) qu’elle s’exprime même si on y décèle une pointe rampante empruntée à THE MELVINS
THE MELVINS


Clique pour voir la fiche du groupe
et une propension à pousser des sons stridents à la THE LOCUST
THE LOCUST
Clique pour voir la fiche du groupe
.
Côté Psychédélique, notre GEISHA
GEISHA
Clique pour voir la fiche du groupe
reste cohérente et en profite généralement pour faire durer le plaisir de ses expérimentations bruitistes frappadingues et décalées.

Capable d’expédier son trop plein d’énergie en une minute trente (Stop Talking, Let’s Fuck), le groupe originaire de Bristol est aussi à l’aise en divagations trippantes de 30 minutes (Theme From Diana).

À partir de structures plutôt basiques, GEISHA
GEISHA
Clique pour voir la fiche du groupe
joue les variations que ce soit avec ses montées psychédéliques, un riff de basse déchirante, une mixture électronique, un effet post-rock ou une note répétitive. Le groupe ne prend pas la peine de soigner la production de l’enregistrement et choisit d’être aussi crade que possible afin de renforcer cette notion de bruit même pas cachée.

En somme, GEISHA
GEISHA
Clique pour voir la fiche du groupe
présente les qualités qu’on apprécie. À savoir, une facilité à nous hypnotiser et à nous emmener dans son monde (pas si japonais que ça) coupler à l’excès débordant de sa vitalité. Un deuxième album réservé aux plus de 18 ans bien entendu… .
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE