Chronique

QUIET
The Grammar Of Night

image
Autoproduction



image
Jeudi 11 février 2010

C’est en 1998 que la première mouture de QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
voit le jour du côté d’Andenne avec la rencontre entre Jérôme Henriette et Sébastien Schmidt (aujourd’hui batteur de K-BRANDING
K-BRANDING
Clique pour voir la fiche du groupe
). Deux démos plus tard (A Bitter Place et Washday), un EP (From The Bridge, I See The Light), une participation en finale au Concours Circuit en 2001 et l’intégration d’un deuxième guitariste en la personne de Jérôme Monet (ex NEGATE
NEGATE


Clique pour voir la fiche du groupe
), QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
ne survit pas aux tumultes et à l’instabilité de son line-up. Le split est annoncé en 2004…

Jusqu’en 2009 où le duo de Jérôme annonce le retour du groupe avec un nouveau line-up. D’abord une démo pour se remettre en jambes, avec The Past Factory et pour suivre, aujourd’hui le premier album du groupe. Un album qu’on aurait attendu ou prédit bien plus tôt. Un album qui aura finalement su se faire attendre…

QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
en 2009 oscille toujours entre pop et rock. Entre Noise et Emo. Entre nostalgie et mélancolie. Entre rage et colère. La particularité émotive du groupe reste et tourne essentiellement autour de la voix fragile de Jérôme Henriette, à la limite de la plainte et de la colère. Une voix qu’on apprécie ou qu’on déteste. C’est selon. Toujours au bord de la rupture, cette vulnérabilité ne laisse pas indifférent.

Si les classifications musicales qui peuvent être apposées au groupe n’ont finalement pas changé 10 ans plus tard, le jeu s’est quant à lui progressivement transformé. Moins spontanées qu’en pleine jeunesse, les compositions se sont étoffées laissant plus de place à des émotions construites et moins brutes. Ainsi The Grammar Of Night s’ouvre sur une orchestration à cordes comme pour démontrer cette évolution et annoncer la maturité acquise.

QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
a aussi appris à prendre de la distance sur ses influences et s’ouvrir à de nouvelles. La musique des Namurois s’enrichit et se nuance. Durant ce break de 5 ans, les membres de QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
se sont découverts de nouvelles façons d’interpréter leurs émotions. Jouant sur les structures, les instrumentations, les couleurs et ne se s’appuyant plus uniquement sur la dualité de la puissance et de la fragilité.

Finalement, avec le recul, on se rend compte que le QUIET
QUIET
Clique pour voir la fiche du groupe
qui aurait pu se lancer dans un album dans les années 2002-2004, n’est que meilleur aujourd’hui. Qu’il ne faut avoir aucun regret concernant ce disque espéré mais jamais concrétisé. The Grammar Of Night rencontre bien mieux les attentes de l’époque et ce même si il aurait évité quelques erreurs ou faiblesses de production si il avait été le second album…
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE