Chronique

LOW-FREQUENCIES
The Styx

image
Inner Quest



image
Vendredi 19 mars 2010

Savez-vous ce que signifie "Low Frequency"? C'est le terme anglais qui décrit la piste audio dédiée aux basses fréquences de la bande sonore d'un film. C'est cette vibration qui explose les caissons de basse et autre subwoofer des plus belles installations home-cinema.

Jean-Noël Bonnaillie, le compositeur du groupe metal Nocturnal Fears, ne pouvait pas trouver meilleur titre pour son nouveau projet musical.

Il nous aura fallu pus d'une semaine pour tenter de comprendre l'univers musical alambiqué du musicien français. Mais il est apparu, une fois tout ce charroi de sons assimilés, que le projet valait, à n'en point douter, le détour.

Son album "The Styx" est un amas de sons électriques et électroniques qui vous entraîne dans les abysses musicales les plus profondes.

La galette comporte 15 titres qui sont nés après "une année passée à expérimenter, explorer, créer un nouvel univers musical sans s'être donné de limites quand au style ainsi développé", explique la biographie de Low-Frequencies.

Ne vous attendez donc pas à adhérer au projet dès la première écoute. C'est peine perdue tant la démarche artistique de Low-Frequencies est complexe...

Il vous faudra plonger dans un univers si noir et sombre que seul Jean-Noël Bonnaillie semble en connaître les contours.

Peu importe puisqu'il faut se lancer, allons-y. Low-Frequencies, c'est la rencontre entre le feu et la glace. Chacun des chapitres de l'album pourrait s'assimiler à une séquence de film.

Fort heureusement, même si elle est complexe, la démarche artistique de Low-Frequencies laisse le choix à l'auditeur de se forger une propre idée des sensations qu'il éprouve en écoutant cette musique aussi écorchée que jouissive.

Dès "Kathe", la boîte à rythme torturée à souhait par une distortion suramplifiée et le roulement de cymbales infernal laisse à peine perçevoir un tempo électronique d'une lourdeur à vous glacer le sang. On imagine une course à la mort...

"Samhain", pour sa part, joue plus sur un mid-tempo lourd et lent. Comme s'il s'agissait d'un souffle ultime dans une traque qui ne finit pas.

Le bien nommé "Destroyer 2009" s'appuye sur une mélodie électronique qui s'inscrit immédiatement et de manière indélébile dans votre esprit et qui vous amène subtilement vers l'apocalypse musicale...

Et là, c'est parti... Les effets de drums de "In Space No One Can Hear You Cry" ou de "Lilli and Mary" éclatent au grand jour. Mais Jean-Noël sait y faire pour à chacun de ses chapitres mettre en exergue l'instrument, le son qui lui plaît. Cette démarche surprend, séduit même car elle est inattendue et n'a encore jamais été explorée dans de telles limites extrêmes jusqu'ici...

On pourrait être gagné par la lassitude mais on se laisse plutôt emporter par la trame du film sonore dans lequel on est plongé au travers de chaque titre...

"In The Depthes of Madness" est le coeur de ce projet qui nous plonge dans les profondeurs de cette folie musicale aussi déjantée qu'agréable de ...18 minutes.

Pas un seul mot. Que des cris mécaniques, inhumains qui se répètent à foison... On ne sait plus où donner de la tête. Les sons électroniques se succèdent et explosent dans votre esprit à l'image d'"Electronic Chaos" qui prouve, en fait que chaque titre, est très bien choisi et permet à l'auditeur de comprendre, partiellement, où son auteur a voulu en venir...

Les amateurs de guitare se délecteront surtout du gros son des riffs carrés mis plus en exergue sur "The Ruby Song" entre-coupés d'effets drums plus frénétiques les uns que les autres...

Sur "Deeper And Deeper", la guitare se retrouve à nouveau plus ...en retrait mais les solis écorchés de J-Wolf font tout leur effet.

Et quand on entend "Walk Along The Styx", on se dit qu'on est prêt à parcourir encore un bout de chemin avec Low-Frequencies même si la cadence de cette marche déhanchée et saccadée n'offre absolument aucun répit... à "The Styx"...

"Low-Frequencies" vous torturera les méninges jusqu'au bout. Le titre a été choisi pour boucler ce film musical qui se décline sur un rythme diabolique d'un bout à l'autre...

Et vivement la suite... S'il y en a une du moins...
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
7
AUTEUR : Deby
Mon hobby? La musique, la musique et ...la musique. Ma passion? Le metal, le metal et ...le metal. Sous toutes ses formes de l'AOR au Black. Avec, ce...
Mon hobby? La musique, la musique et ...la musique. Ma passion? Le metal, le metal et ...le metal. Sous toutes ses formes de l'AOR au Black. Avec, cependant, un penchant pour le thrash, le heavy et le death metal. Je joue de la guitare (du calme: niveau débutant :-)). J'aime aussi le foot mais ça on s'en foot... Mon but? Faire partager ma passi...
Mon hobby? La musique, la musique et ...la musique. Ma passion? Le metal, le metal et ...le metal. Sous toutes ses formes de l'AOR au Black. Avec, cependant, un penchant pour le thrash, le heavy et le death metal. Je joue de la guitare (du calme: niveau débutant :-)). J'aime aussi le foot mais ça on s'en foot... Mon but? Faire partager ma passion à tous ceux (et ils sont nombreux!) qui ne la comprennent pas......
Mon hobby? La musique, la musique et ...la musique. Ma passion? Le metal, le metal et ...le metal. Sous toutes ses formes de l'AOR au Black. Avec, cependant, un penchant pour le thrash, le heavy et le death metal. Je joue de la guitare (du calme: niveau débutant :-)). J'aime aussi le foot mais ça on s'en foot... Mon but? Faire partager ma passion à tous ceux (et ils sont nombreux!) qui ne la comprennent pas......
Mon hobby? La musique, la musique et ...la musique. Ma passion? Le metal, le metal et ...le metal. Sous toutes ses formes de l'AOR au Black. Avec, cependant, un penchant pour le thrash, le heavy et le death metal. Je joue de la guitare (du calme: niveau débutant :-)). J'aime aussi le foot mais ça on s'en foot... Mon but? Faire partager ma passion à tous ceux (et ils sont nombreux!) qui ne la comprennent pas......

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE