Chronique

BLACK SHAPE OF NEXUS / KODIAK
S/T

image
Denovali Records



image
Mercredi 11 août 2010

En Allemagne, il y a du lourd et même du très lourd : BLACK SHAPE OF NEXUS
BLACK SHAPE OF NEXUS


Clique pour voir la fiche du groupe
que vous connaissez déjà si vous êtes un habitué du site et KODIAK
KODIAK
Clique pour voir la fiche du groupe
dont on a moins parlé mais qui ne manque pas pour autant d’intérêt.

Côté BLACK SHAPE OF NEXUS
BLACK SHAPE OF NEXUS


Clique pour voir la fiche du groupe
sur ce 12’’, on a droit à 22 minutes pour VIIIe qui se la joue plutôt Doom Sludge. Martèlement de batterie pas trop rapide et répétitif, mais surtout avec force et frappe lourde d’un côté, énormes guitares au son écrasant de l’autre et une pédale qui chauffe, rivée au pied. Excellent pour faire tournoyer les longs cheveux au beau milieu du désert urbain. Franchement rien à redire. Les pointes de psyché restent discrètes et BLACK SHAPE OF NEXUS
BLACK SHAPE OF NEXUS


Clique pour voir la fiche du groupe
garde le tempo de manière hypnotisante. Finalement c’est sur une seule base que VIIIe a été construit pour une longueur qui ne souffre d’aucun essoufflement.

De l’autre côté, KODIAK
KODIAK
Clique pour voir la fiche du groupe
fait à peine un peu plus court (16 minutes et 48 secondes) pour Town Of Machine. Là aussi, le monolithisme est de rigueur, mais la plage se découpe en deux parties. Une première plutôt extrême noise à l’orée du drone SUNN O)))
SUNN O)))


Clique pour voir la fiche du groupe
-esque et la suite après une décroissance qui va frôler le silence avant de remonter progressivement dans une version post-rockienne du Doom.

Savoir que le tout est masterisé par James Plotkin (KHANATE
KHANATE
Clique pour voir la fiche du groupe
) devrait terminer à vous convaincre que ces deux groupes se situent parmi la crème teutonne des musiques lourdes et pesantes.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE