Chronique

RENO
The Year Of Love

image
I For Us Records



image
Lundi 27 septembre 2010

RENO
RENO
Clique pour voir la fiche du groupe
ou le renouveau du hardcore wallon. Le 7" déjà chroniqué ici laissait présager le meilleur pour ce groupe, qui fait déjà l’unanimité dans la scène.

Alors 2010 sera-t-elle l’année de l’amour inconditionnel pour RENO
RENO
Clique pour voir la fiche du groupe
tel que le laisse présager le titre de cet album ? En commençant par le titre agressif et sans concession « Candidates facing bombs » dont le clip vidéo avait déjà circulé, ils placent la barre très haut dans le domaine du BAM dans ta gueule (appelons plutôt ça du hardcore chaotique). Ils ne jouent pas la facilité avec des complexités incompréhensibles pour initiés du contre-temps non plus, ça reste subtil et direct à la fois.

Les choses ne se calment pas avec les 3 morceaux suivants, dont ma grosse préférence pour « Those times we need » à la fois méchant, dansant, festif (wouuuuh !) et hystériquant sur la fin du morceau, de simples coups de batterie sur de sales larsens mais ô combien efficace. Amusant d’ailleurs de voir un groupe aussi habile avec les changements de tempo intégrer de manière aussi audacieuse de tels passages. L’expérience de leur touffu batteur David (Psalm
Psalm
Clique pour voir la fiche du groupe
, Broken Promises
Broken Promises


Clique pour voir la fiche du groupe
, Zaccharia
Zaccharia
Clique pour voir la fiche du groupe
, etc.) n’y est sans doute pas étrangère. Sa maturité et celle du chanteur David (lui aussi) mélangés à la fraîcheur du guitariste et du bassiste donne certainement ce côté fou, barré mais pas brouillon ou inaudible. Il faut dire que cette musique est un terrain glissant : un peu moins et on se fait chier, un peu plus et on n’y comprend plus rien. Bien dosé, ça fait mal.

Excellente idée de mettre un morceau plus mid-tempo en cinquième piste (Is this a turning point or just the end ?). Ca permet d’avaler tout ce qu’on vient de ramasser pendant 10 minutes. Comme boire une Leffe Brune pour se remettre de plusieurs Chimay Bleues. Dissonnant à souhait, le groupe est toujours à l’aise et inventif que dans son registre plus rapide.

On vous sort souvent cette rengaine mais je suis obligé d’en parler. Cet album est énorme mais RENO
RENO
Clique pour voir la fiche du groupe
est avant tout un groupe de scène. Mon collègue qui avait chroniqué le 7" avait utilisé l’expression « joyeux bordel » et je ne peux que le suivre sur ce point. Une vraie fête de tarés qu’on ne voudrait pas dans son salon mais pas trop loin quand même.

Pour ma part, 2010 est l’année de mon amour naissant pour RENO
RENO
Clique pour voir la fiche du groupe
. Je souhaite maintenant que 2011 soit celle de la consécration !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE