Chronique

PESTIFER
Age Of Disgrace

image
Autoproduction



image
Jeudi 28 octobre 2010

Sorti au mois d'avril dernier, Age Of Disgrace est le premier album de Pestifer
Pestifer


Clique pour voir la fiche du groupe
. Un groupe liégeois de death métal technique et racé, parfois progressif dont les influences se situent quelque part entre Cynic
Cynic


Clique pour voir la fiche du groupe
et Atheist
Atheist
Clique pour voir la fiche du groupe
.

Age of disgrace, malgré sa thématique reflète une période de renaissance pour le groupe liégeois après une année de vache maigre à la recherche d’un chanteur et d’un second guitariste à la hauteur de leur talent. C’est clair que maintenant, les jumeaux Gustin (batterie et bass) et le guitariste virevoltant Antoine Paterka, n’ont pas à rougir de leurs nouvelles recrues. Le front man, Jérôme Bernard a la voix grave d’un chacal en rute tandis que le second guitariste, Emerson, n’éprouve aucune peine à suivre la cadence infernale imposée par Paterka, comme en atteste notamment le morceau qui clos l’album, The Clue, the Lie and the Death.

Bien que fraîchement composé, ce nouveau line up démontre des qualités indéniables, et une maîtrise technique bien au dessus de la moyenne. En témoigne la qualité des solos guitares venimeux des titres Contagious et Betrayal of light, rendant hommage indirectement à la virtuosité d'un Chuck Schuldiner.

Ce onze titres enregistré et mixé au studio Mammouth par Jérémy Stoz est un album bien huilé, loin d’un magma sonore abrutissant. Il s’écoute plutôt comme un bon vieux disque de jazz au coin du feu où chaque instrument, tout comme la voix, apparaît bien distinctement à nos oreilles et semble être habité d’idées et de compositions très personnelles.

Ajoutons que le artwork, très soigné, est signé par le dessinateur David Caryn dont le travail rappelle la pochette de Blessed are the sick de Morbid Angel
Morbid Angel


Clique pour voir la fiche du groupe
, tirée de l’oeuvre du symboliste Jean Deville.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
15
AUTEUR : Marc
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger ve...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion ...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse c...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté,...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté, pour nos artistes du cru. Après l'obtention de son diplôme en information et de communication, il intègre en 200...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE