Chronique

A DAY TO REMEMBER
What Separates Me From You

image
Victory Records



image
Dimanche 6 mars 2011

Après 3 albums et un succès grandissant surtout aux Etats-Unis, A Day To Remember
A Day To Remember


Clique pour voir la fiche du groupe
(ADTR
ADTR


Clique pour voir la fiche du groupe
) revient fin 2010 avec un album une nouvelle fois sorti sur Victory Records.

A noter, je doute que ce groupe aurait eu autant de succès s’il était originaire de notre continent car mêlant allègrement hardcore et pop-emo-punk, il aurait à la fois eu du mal à trouver un label digne de ce nom et un public. Car dans nos jolies contrées, les groupes sont rapidement étiquetés "metal" s’ils s’aventurent sur le terrain du chant crié.

Dès les premières secondes de « Sticks and Bricks », le ton est en effet donné. Si le son est nickel (on sent les moyens et la grosse prod’), la musique et surtout le chant de Jeremy McKinnon sont plus puissants qu’auparavant. Hardcore newschool plus carré que technique jusqu’au refrain, qui laisse alors redécouvrir le côté mélodique du groupe. Un chant réellement chanté (et pas uniquement une voix claire) bien foutu, propre et juste.

« All I Want », le premier single qui figure en deuxième position sur l’album en restera certainement le morceau phare. Déjà, le clip est classe. Il est graphiquement très travaillé, mais dispose surtout d’un casting redoutable : on peut en effet y voir successivement des groupes comme Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon


Clique pour voir la fiche du groupe
, Andrew WK
Andrew WK


Clique pour voir la fiche du groupe
, Architects
Architects


Clique pour voir la fiche du groupe
, Fall Out Boy
Fall Out Boy


Clique pour voir la fiche du groupe
et j’en passe beaucoup. Donc forcément, le clip a beaucoup tourné et contribué des gens pour cet album. Le morceau, lui est super catchy et efficace. Pas trop mélo-chiant ou cul-cul, il tape juste. Manque juste un peu de cris, à la rigueur.

On peut mettre les morceaux suivants dans deux catégories : les couillus et les mielleux. Comment faire cohabiter des morceaux aussi différents sur le même album sans que cela choque ? J’en sais rien mais la formule fonctionne. Des morceaux trop sucrés comme « This is the house that doubt built » ou surtout « All signs point to Lauderdale » me donneraient la gerbe en temps normal mais entourés de morceaux énormes comme « 2nd sucks » avec sa rythmique chirurgicale et destructrice ou encore l’excellent « You be Tails, I’ll be Sonic », qui combine à lui seul la puissance harcore du groupe et sa mélodie emo.

Voilà, pas grand-chose à dire. 3 morceaux criés (« Sticks and Bricks », « 2nd sucks » et « You be Tails, I’ll be Sonic ») suffisent à intéresser et même scotcher un fan de gros son malgré des morceaux extrêmement édulcorés pour midinettes mouillant leur culotte à la vue de musiciens surtatoués.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE