Logo réalisé par Christophe Szpajdel. Voir article ici
RECHERCHE UN ARTISTE
L'ENFANCE ROUGE

image
François R. Cambuzat (vox, guitare), Chiara Locardi (basse, vox) et Jacopo Andreini (batterie, cuivres). Un groupe franc...
3 chroniques

41 photos

5 galeries

5 médias
- CHRONIQUE - MUSIQUE -


image L'ENFANCE ROUGE
Bar-Bari
Labels : Wallace Records / Mandaï Distribution


Nous éviterons de débattre sur l’appellation concernant Bar-Bari. Nouvel album ou pas ? Les Franco-Italiens étant plutôt distants des affaires commerciales, laissons leurs l’envie de faire ce qui leurs plait et contentons nous d’apprécier ces 8 titres…

Le disque débute avec Perquisitions où l’ ENFANCE ROUGE sur des citations de Guy Debord fait cingler sa basse dans un style oppressant qui lui est propre.

À partir de Grande Survie, l’ ENFANCE ROUGE va jouer à un jeu qu’il affectionne, reprendre son répertoire et le réinterpréter ou les recomposer. Grande Survie c’est Petite Mort qui figurait sur Trapani-Halq Al Waddy. Une interprétation dépouillée de ses arrangements musicaux qui va à l’essentiel des émotions.

Gabès le Soir, c’est Lame De Fond dans une version radicale et explosive. C’est tendu et au créneau. Vengadores (Vendicatori) utilise un sample de Bertrant Cantat (NOIR DESIR) avec Tostaki comme le trio le fait en concert. Le passage entre le chant hargneux et possédé de François Cambuzat et celui plus doux de Cantat s’opère sans brutalité. Une transition réussie qui donne encore plus d’ampleur à l’angoisse étrange et désagréable qui émane du titre avant de devenir frayeur.

We Ana Lastou Durduvyyan a conservé des influences orientales. Loin des odeurs d’épices et des couleurs chatoyantes, toutefois. La raideur insufflée dans le titre et son rythme, fait de cette chanson, plus une version digne de Midnight Express qu’une bande son pour vos photos de vacances. Une composition très dure qui fond sur la sauvagerie du blues. Une envie de Blues sanguinaire, réappropriée et décadente se décèle aussi dans la Noise de Jadransko More (Ras Al Amar).

Nada, Nothing, Niente, Gar Nicht, Rien ne peut pas être plus explicite quant à ses intentions. Associé à son original, Terres d’élections, la politique de l’ ENFANCE ROUGE devient poésie tandis que la musique met en son le nihilisme.

Enfin, Bar-Bari se clôture avec le titre qui ouvrait Trapani-Halq Al Waddy, Otranto, devenu Merde, Nous Sommes Presque Morts. Ici les structures répétitives côtoient le chaos préféré par l’ ENFANCE ROUGE . Dissonances et transes sont les mots-clés avant de mourir.

Bar-Bari, à l’exception de Perquisitions, réinterprète donc Trapani-Halq Al Waddy, sans les arrangements arabes. Une réinterprétation qui va jusqu’à une relecture de ce qui avait été écrit. L’ ENFANCE ROUGE n’est pas en manque d’inspiration. Le trio prévoit d’ailleurs un album avec des compositions nouvelles pour 2013. Des titres déjà écrits qu’il rode encore.
image 03-04-2011
- VOIR AUSSI -
NEWSLETTER
Votre e-mail :

S'inscrire
Se désinscrire


PARTAGE
CETTE PAGE
TRUCS
SOCIAUX
image image image image