Chronique

CALIBAN
Coverfield EP

image
Century Media

4 titres / 13 minutes (de trop)


image
Jeudi 19 mai 2011

Pourquoi, nom d’une pipe, pourquoi ? Je voulais commencer cette chronique autrement mais l’écoute de cet EP éveille en moi une seule et simple question : pourquoi sortir un EP de reprises quand on ne sait pas faire des reprises ?

C’est comme pour tout, il y a un moment il faut se dire « c’est pas mon truc, je laisse ça à d’autres » plutôt que se lancer à corps perdu dans un suicide artistique. Pourtant je vous assure j’aime bien Caliban
Caliban


Clique pour voir la fiche du groupe
, si j’ai mis du temps à entrer dans leur évolution musicale, j’écoute régulièrement Say Hello To Tragedy, leur album précédent. Et j’aime cette pêche, ce mélange de voix claires et criées, ces bruits d’ambiance, bref comme déjà dit j’aime bien Caliban
Caliban


Clique pour voir la fiche du groupe
.

Mais alors dès le début de My Girlfriend’s Girlfriend de Type O Negative
Type O Negative
Clique pour voir la fiche du groupe
, le constat est là : ils ont gardé le tempo d’origine et simplement foutu leur gros son de metalcore dessus. Ca sert à rien ! Tout ce que ça fait, c’est que ça sonne groupe formé il y a 3 semaines et qui apprend à jouer carré. Alors que même moi, le seul instrument dont je sais jouer c’est ma grande gueule, bin j’ai imaginé deux bonnes façons de reprendre My Girlfriend’s Girlfriend : soit tu la joues deux fois plus vite avec une batterie mid-tempo, ce qui rendrait le truc super punchy et dansant. Ou alors à l’inverse tu la joues deux fois plus lentement et t’en fais un truc doom super sombre. Avec la mélodie au synthé, c’était facile. Mais là, échec cuisant.

Le morceau suivant, Sonne de Rammstein
Rammstein


Clique pour voir la fiche du groupe
, je connais pas l’original mais comme j’ai retrouvé des éléments rammsteiniens dedans je suppose qu’il ne se sont pas plus foulés. En tout cas de mon côté je me suis autant emmerdé.

Blinded By Fear de At The Gates
At The Gates


Clique pour voir la fiche du groupe
ensuite. J’ai beaucoup écouté l’original à l’époque, j’ai pas creusé des masses dans le metal suédois mais ce groupe a fait partie de mon apprentissage / dépucelage. Bin pareil hein, tempo identique à l’original, voix criées et blabla.

Ensuite, Helter’s Skelter des Beatles. Bon évidemment reprendre les Beatles pour un groupe comme Caliban forcément tu vas pas refaire exactement la même que l’originale mais globalement cette reprise manque d’ambition. C’est vrai, tant qu’à reprendre les Beatles pourquoi ne pas reprendre un hymne super gentil (ils ont assez) pour en faire un truc bien dur ? Pourquoi reprendre un de leurs morceaux les plus « crades » pour le cradifier encore ?

Voilà, constat général, ils ont vite torché leurs 4 reprises parce qu’ils voulaient sortir un EP mais à mon sens cet EP pue la fainéantise. Même le pur fan de Caliban
Caliban


Clique pour voir la fiche du groupe
ne devrait pas y trouver le moindre intérêt. Le seul intérêt pour les autres, c’est d’en profiter pour découvrir les albums précédents mais sinon vous l’aurez compris, je passe mon tour et vous conseille d’en faire autant.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
15
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE