Chronique

DEFDUMP
Makeshift Polaris

image
Autoproduction



image
Vendredi 20 mai 2005

Après la claque que je m'étais prise à ma (re)découverte un peu tardive de Defdump à un de leurs récents concerts, une deuxième claque m'attendait avec cet album... En effet, les préjugés que j'avais depuis leur Hempcore sorti en 98, n'étaient pas encore vraiment dissipés. C'est maintenant chose faite, avec cette petite bombe !

La découverte du CD... En fait c'est un hardcore de prime abord plutôt clean et soft, avec ses structures bien faites sur le premier morceau Lament Manifest, avec quelques voix claires ci et là... et même un peu de synthé par moments, mais ça ils auraient pu s'en passer surtout avec un son de synthé pareil, qui a un peu de mal à s'intégrer à la musique d'après moi... Mais bon il y en a finalement assez peu sur l'ensemble du morceau, donc ça ne gêne pas trop ! Quelques petits riffs à la swedish-style sur la fin, avec quelques accélérations sur la fin et quelques passages plus lourds... Vachement complet ce morceau en fait !

Un enchaînement vraiment pas dégueu vers la deuxième piste, What We Are, assez différente... Très lente, des voix claires qui laissent tout doucement place aux cris (il y a tout le long de l'album un effet de disto sur la voix criée, c'est un peu de la triche mais ça donne vachement bien!) et aux bruits plus trash... Suivant la théorie de l'évolution, What We Are débouche sur What We Become, radicalement différent... A la fois dansant et soutenu, il montre encore un autre aspect du groupe... Putain ça devient franchement excellent ! Je sais pas pourquoi, ce n'est pas chaque morceau séparément, mais là tant de changements en 3 morceaux c'est quasiment jouissif, là j'adore.

Le morceau Makeshift Polaris, me pousse à citer quelques groupes pour comparer, ce qui peut s'appliquer au reste de l'album, et même à leur présence scénique ! Mais comme ça a déjà été cité par bien d'autres avant moi, je ne vais pas énumérer, vous n'aurez qu'à écouter ! La voix claire, avec des intonations proches de Cave In ou même Incubus, est vraiment chouette, aussi agréable que la voix criée...

Sur Esse, sixième piste de l'album, le chanteur s'essaye à quelques vocaux à la Mike Patton, c'est franchement pas mal fait... C'est également le morceau le plus décousu, le plus ressemblant au groupe que je voulais citer (mais si allez... ça commence par D et ils ont fait un CD avec Patton justement).

C'est entre autre ce que j'aime beaucoup chez eux, c'est qu'ils ne se cantonnent pas dans un style et mélangent franchement les styles tout en gardant une bonne ligne directrice qui fait de cet album quelque chose d'hyper cohérent et de très varié à la fois... En plus le son est irréprochable, le groupe s'étant offert les services du sieur Pelle Henricsson, qui a déjà bossé avec des groupes tels que Refused, The Hives ou Poison The Well...

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, ne tardez pas à découvrir Defdump, que ce soit avec cet album ou en concert !

http://www.defdump.com
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE