Chronique

DEAFHEAVEN
Road To Judah

image
Deathwish Inc.

4 titres // 38 minutes


image
Vendredi 17 juin 2011

Milieu des années 90, le hardcore se réinventait en tirant de nouvelles influences du death-metal. Aujourd’hui le hardcore devient black-metal. Je pourrais dire que le constat est désespérant mais vu que ce n’est pas une chose si négative que ça je vais corriger en disant que le constat est flagrant. Parce que si on en retire tout ce côté bracelets cloutés / maquillage / meurtres / incendies d’églises / idéologies douteuses et tous ces clichés qui ont donné au black-metal cette sale réputation, on retrouve une musique qui peut parfaitement se combiner avec d’autres styles.

Si certains groupes comme Kvelertak
Kvelertak


Clique pour voir la fiche du groupe
y puisent sa puissance pour la combiner avec une musique très punchy et rock’n’roll, d’autres comme Deafheaven
Deafheaven


Clique pour voir la fiche du groupe
préfèrent utiliser les ambiances sombres et malsaines du black-metal pour les intégrer dans quelque chose qu’on pourrait définir comme une base post-rock screamo. Ca c’est implacable à la vue de la structure de l’album (4 titres pour 38 minutes) et à l’écoute des premières minutes de ce Road To Judah. Une lente montée en intensité typique avant l’explosion tout aussi typique. Mais ce climax se veut autant rapide qu’intense.

Le groupe se laisse le temps de créer les ambiances douloureuses (oui le côté screamo mélangé au black ça prend aux tripes) avant de détruire le monde par un mur de son tonitruant. Qui laisse souvent place à un retour au calme glauque, une ambiance d’après-guerre qui empêche la douceur d’exercer ses facultés apaisantes. Plutôt comme une pause entre deux coups de tonnerre qui rend l’attente encore plus insupportable. Mais c’est aussi ce qui rend cet album digeste.

Si la production sonne un peu roots de prime abord comme sur les premiers albums légendaires de black-metal (Marduk
Marduk


Clique pour voir la fiche du groupe
, Immortal
Immortal


Clique pour voir la fiche du groupe
), le côté contemporain est indiscutable surtout au vu des effets de guitare déployés par le groupe. Dans la scène actuelle, les comparaisons avec Wolves In The Throne Room
Wolves In The Throne Room


Clique pour voir la fiche du groupe
sont inévitables mais Deafheaven
Deafheaven


Clique pour voir la fiche du groupe
pousse selon moi plus loin le mariage improbable entre black-metal et post-rock gentil… dont ils ont d’ailleurs gardé les jolies coiffures et chemises à carreaux.

Encore une jolie sortie par Deathwish Inc. (label du chanteur de Converge
Converge


Clique pour voir la fiche du groupe
) qui, avec la sortie de l'album des Belges de Oathbreaker
Oathbreaker


Clique pour voir la fiche du groupe
, pourrait bien se positionner comme le fer de lance de ce mouvement "black-core".
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE