Chronique

UNFOLD
Cosmogon

image
Division Records



image
Vendredi 7 octobre 2011

Vous savez peut-être que lorsqu'un feu à l'air éteint, il reste dangereux. Il suffit d'une petite braise, cachée, qui couve pour qu'il se déclenche à nouveau et reprenne de plus belle.

La braise de UNFOLD s'est tue, faite discrete pendant 7 ans, mais elle était là, tapie dans un coin. Aujourd'hui, elle est à l'origine de l'incendie Cosmogon. Le brasier a repris de plus bel et il est incandescent. Icare s'y brûlerait les ailes de suite.

Il ne brille pas de mille feux, mais le foyer dégage une chaleur insoutenable . Il doit trouver sa source dans les entrailles de la terre plutôt que des cieux. Chaleureusement envahissant, le fourneau possède pourtant et paradoxalement un point froid. Glacial. Contenu au milieu de la fournaise, il y a une zone, insensible à la chaleur, presque mécanique, qui, alors que notre corps souffre de l'ardeur des flammes, se refroidit. Ce n'est ni un soulagement, ni une douleur. Comme une distance prise, elle nous autorise le détachement nécessaire. Une évasion de l'esprit. Une déconnexion du cerveau face à la douleur.

Les Suisses ont rallumé la mèche. L'incendiaire UNFOLD délivre une oeuvre irrésistible pour les pyromanes. L'esprit torturé admire ces flammes lécher l'espace. Ces flammes qui dansent. Ces flammes qui consument jusqu'à l'être qui les aime. Liquéfié, trempé et cuit. Souffrant et léger à la fois, c'est hagard qu'on ne souhaite qu'entretenir à nouveau la flamme.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
6

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE