Chronique

JULIETTE AND THE LICKS
You're Speaking My Language

image
Fiddler Records



image
Dimanche 5 juin 2005

Le voilà donc, le groupe de Juliette Lewis... Je connaissais et appréciais déjà l'actrice, qui a tourné dans des tonnes de films cultes et décalés, souvent dans des rôles plus ou moins secondaires... La voici littéralement au devant de la scène, avec son groupe, qui nous sort ici son premier album après un EP prometteur...

J'avais toujours laissé ça de côté jusqu'à découvrir des extraits live sur Arte un peu par hasard, et ces extraits laissaient paraître un côté assez trash caractéristique de miss Lewis... Main mise sur cet album donc, avec le ferme espoir d'y retrouver ce côté décalé.

Le premier morceau de l'album, qui est également le premier single, You're Speaking My Language, est bien foutu mais je trouve déjà que ça manque un peu de délire... C'est du punk-rock'n'roll assez gentillet, assez sautillant et dansant mais pas trash du tout du tout. Juliette chante juste, d'une voix typique "femme qu'on fait pas chier", assez grave et un peu rauque, là...

Globalement, ce disque sent vachement l'été... D'ailleurs les fois où je l'ai le mieux apprécié c'est les jours de beau, quand je roule avec les fenêtres grande ouvertes ! Y a un petit côté retro dans les sons de guitare aussi, ce son 70's qui est très hype depuis 2/3 ans. Certains morceaux sonnent plus blues, comme American Boy vol.2, que j'adore pas. Certains autres sonnent franchement pop aussi. Je pense notamment à I Never Got to Tell You What I Wanted to, qui me fait penser au groupe néerlandais Krezip, pour ceux qui connaissent. Elle chante bien, Juliette Lewis, ça on ne peut pas lui reprocher. Ce morceau pop, d'ailleurs, est très loin d'être désagréable. On oublie tout de suite ce côté trash dont je parlais un peu plus haut et on se met à apprécier pour autre chose. Les mélodies, les voix douces et rauques qui s'entremêlent. Si les deux premiers morceaux (enfin les pistes 2 et 3, vu qu'il y a une intro) étaient très rythmés, il faudra néanmoins attendre la 8è piste, So Amazing, pour avoir de nouveau un bon truc rock'n'roll qui ne va plus nous quitter jusqu'à la fin de l'album.

Pour aimer cet album, il ne faut pas être popophobe évidemment, on reste dans le convenu et le faux politiquement incorrect, comme si Courtney Love voulait se racheter une conduite. Très franchement, je ne sais pas si cet album aurait vu le jour sous de si belles augures sans la présence de l'actrice à la tête du combo. Mais à l'approche de l'été, des longs trajets en voiture, des lunettes de soleil et des barbecues, cet album va sans doute faire partie de mes compagnons de voyage... Et un été avec Juliette Lewis, certains en ont rêvé !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE