Chronique

SAINT VITUS
Lillie: F-65

image
Season of Mist

Sorti le 27-04-2012


image
Jeudi 17 mai 2012

Saint Vitus, voilà un nom que tous les fans de doom connaissent et vénèrent surement tous les dimanche à l'heure de la messe. Et pourtant Saint Vitus s'est tu pendant près de 17 longues années. Entre split et reformation, le dernier album de ce groupe légendaire créé en 1978 restait Die Healing sorti en 1995!

Après près de 20 ans de silence, la bande à Dave Chandler (guitariste à l'origine de la formation du groupe) revient, enfin, avec un neuvième album: Lillie: F-65.

Si l'on sait que les bonnes choses restent toujours bonnes (même si le dicton veut qu'elles aient une fin), une question nous brûlait tout de même les lèvres. Ce retour annoncé du Saint Vitus allait-il être de qualité?

Dès le début, un constat s'impose directement, Saint Vitus fait toujours ce qu'il fait de mieux: du Saint Vitus. Le tempo lent et puissant rappelle encore les influences Black Sabbathiennes du combo californien. La voix de Wino oscille toujours entre celles d'Ozzy et de Lemmy. Wino, d’ailleurs, qui avait signé, dès son arrivée dans le groupe en 1988, le meilleur album de Saint Vitus jusqu'à présent avec Born too late.

Ici, Saint Vitus nous redirige vers l'essence même du doom. Certains morceaux comme "The Bleeding Ground" et "Dependence" passent la barre des six minutes et, malgré cette lenteur qui caractérise le style, vous emmènent dans les profondeurs les plus sombres de l'univers du groupe.

Avec Lillie: F-65, Saint Vitus, réussit son retour avec brio. L'album passe sans qu'on ne se l’aperçoive, ce qui nous fait dire que le seul défaut qu'on peut lui trouver c'est d'être trop court. En effet, la rondelle ne dépasse pas les 35 minutes.

Il nous reste juste à croiser les doigts pour que le groupe ne nous ponde plus une période de disette auditive durant les 20 prochaines années...


Tags : Saint Vitus, Lillie: F-65, doom
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
9

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE