Chronique

OBEY THE BRAVE
Young Blood

image
Epitaph Records

11 titres
Sorti le 28-08-2012


image
Vendredi 19 octobre 2012

La fin de Despised Icon en 2010, alors au sommet de leur succès, avait laissé pas mal de fans sur leur faim. Alors lorsqu'un des deux chanteurs, Alex Erian, a annoncé la formation d'un nouveau groupe l'engouement ne s'est pas fait attendre. Quelques mois à peine après les débuts du groupe un EP est déjà sorti sous le titre Ups & Downs. Sans grande surprise, on évoluait dans un metalcore classique, mais très puissant.

Au début de cet album, sorti d'emblée sur Epitaph, Alex Erian annonce la couleur :

the beat goes on
not trying to reinvent the wheel
we keep it simple
we keep it real


Retour à un style plus classique, comme un hommage à leurs aînés.

On n'est pas vraiment dans la continuité absolue de Despised Icon puisqu'on n'a plus cette typique base death-metal dans le double-pédale et les riffs de guitare. Plutôt curieux d'ailleurs, vu le CV du bassiste et du guitare, tous deux ex-Blind Witness. Nous parlerons plus volontiers de metalcore plutôt que de deathcore. Ils ont manifestement fait le choix de la puissance plutôt que de la technique. Certains riffs peuvent malheureusement sembler répétitifs et entre certains morceaux, seul le tempo change.

Répétitif ou pas, inspiré ou pas, novateur ou pas, le résultat est au rendez-vous. Si comme ils l'avouaient ils ne réinventent pas la roue, ils ont au moins le mérite de savoir s'en servir à coups de breaks ravageurs et du chant agressif d'Alex Erian qui ne laisse presque aucune place à une quelconque voix claire qui aurait pu venir adoucir le pavé. Sauf sur la dernière piste de l'album, pour un refrain mélodique qui n'apporte pas grand chose.

Sans concession, sans contraintes. Les membres se sont simplement rassemblés pour faire ce qu'ils avaient envie de faire et quand des gars mettent toute leur sincérité et leur puissance dans leur musique, on ne peut qu'apprécier et en prendre plein la tronche.


Tags : metalcore canada despised icon blind witness
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
6
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE