Chronique

AMENRA
Mass V

image
Neurot Recordings

Sorti le 26-11-2012


image
Jeudi 22 novembre 2012

A voir l'ABbox se remplir en 2 jours pour la Release-party de Mass V des Belges de AMENRA, on se rend mieux compte de l'ampleur que le groupe a acquise. Leur musique, qui donne la chair de poules à de nombreux d'entre-nous et qui peut en effrayer d'autres, a atteint des sommets que l'on ne soupçonnait pas dans le genre aux débuts de l'aventure.

La signature par ailleurs des Belges chez les Américains de Neurot Recordings , mais surtout la reconnaissance par ses pairs et modèles valent le meilleur discours sur la question. La présence de Scott Kelly (NEUROSIS), la voix retrouvée, sur Nowena I 9.10 est pour le groupe la cerise sur le gâteau de l'accomplissement et du travail de ces dernières années.

Pour ceux qui ont suivi l'aventure AMENRA depuis le premier volume de Mass, l'ambiance et l'atmosphère très particulières, viscérales, épidermiques et dévastatrices à la fois n'ont pas échappées à l'intérêt qui a grandi autour du groupe. Une évolution qui a d'ailleurs dépassé le simple statut du groupe via le concept Churh Of Ra.

Doté donc de cet univers fort et personnel, noir et spirituel, AMENRA s'est imposé parmi les meilleurs groupes du genre qualifié de Post-Core, en Europe et jusqu'aux USA. Le groupe est devenu une référence à son tour, un modèle qui inspire d'autres formations.

Entre Mass IIII et Mass V, quatre années se seront écoulées. L'attente fût donc longue même si AMENRA amateur de beaux objets a distillé quelques sorties entre temps (un essai acoustique avec Afterlife, des splits avec d'autres membres du Church of Ra et des DVD). Quasi en même temps que ce nouvel opus est annoncé, le premier album Live officiel pointe son nez.

Si le groupe ne lésine pas sur les sorties majestueuses, il n'est pas non plus le plus prolifique en termes de compositions. En presque dix ans d'existence, AMENRA reste un groupe qui aura plus enrichi son univers par la déclinaison que la multiplication. AMENRA est un groupe qui recherche la perfection de l'émotion et du ressenti plutôt que d’encombrer le marché d'inachevés ou de futilités. Dès lors les albums ont toujours semblé courts... trop courts. Contenant proportionnellement autant de titres aboutis et indispensables que d'autres groupes proposent des titres de second intérêt.

Mass V n'échappe pas à la règle. Quatre titres seulement constituent l'album et il est certain que nombreux seront ceux qui en feront leur déception. D'autant qu'avant même la sortie du disque, les trois quart du contenu, tuant dans l'oeuf quasiment tout suspens, sont déjà connus sur le net. Dearborn And Buried d'abord sur Soundcloud et ensuite Boden et Nowena I 9.10 en vidéo sur Youtube. Seul les treize minutes de A Mon Ame restent encore vierges pour le futur détenteur de l'album.

Mass IIII tentait de s'éloigner quelque peu des structures et ambiances devenues classiques du groupe. Mass V revient à ce qui a fait la reconnaissance de AMENRA. Entre-temps, il s'est essayé à l'acoustique, contraignant ce dernier à explorer une autre manière d'exprimer la dépression que par la lourdeur et le chant hurlé. KINGDOM, projet-parallèle où Colin le chanteur et Mathieu le guitariste sont impliqués, a aussi décliné l'univers propre au leader du Church Of Ra. Colin toujours en acoustique et solo avec CHVE a eu l'occasion de pousser plus loin cet univers tandis que Mathieu avec son projet solo drone, SYNDROME, conjuguait de son côté de nouvelles influences.

Clairement AMENRA s'est nourri durant ces quatre années de ces expériences et même si le groupe revient avec les ingrédients qui lui permettent de rapprocher ce volume V de Mass III, qui contenait lui aussi quatre titres justement, l'évolution reste tangible. En toute logique donc, le chant de Colin, toujours aussi écorché dans la majeure partie des compositions, conjugue cette nouvelle interprétation héritée du chant clair et ésotérique qu'il avait amené dans son projet solo et avec KINGDOM.

Dès les premières tonalités de Dearborn And Buried, on sent que AMENRA a l'intention de renouer avec son titre dévastateur que fut Ritual. Tout en puissance et progression, il libère cette tension douloureuse qui se ressent au plus profond de sa chair. De son côté Boden s’inspire plus de l'autre référence majeure du groupe, Aorte. Sur ce titre, on comprend mieux que même si AMENRA opère une marche arrière en revenant sur les titres qui lui ont permis d'exploser, il cherche malgré tout à faire évoluer sa musique. L'introduction avec ses percussions métalliques et la cassure importante au milieu de l'interprétation révèlent un souci de détailler avec plus de nuances les atmosphères du groupe.

A Mon Ame est la longue plage de l'album qui atteint la quarantaine de minutes. Ce titre est sans doute le plus original du disque. Celui qui explore au mieux et avec le plus d'intensité les innovations que l'on attendait des Belges. Tout en utilisant les progressions chères à AMENRA, il associe les avancées que ses membres ont explorées durant ces quatre dernières années.

C'est d'ailleurs sur un chant doux et étrange que débute Nowena I 9.10 avant de libérer un désespoir sombre et explosif. Scott Kelly, bien meilleur hurleur sur le disque des Belges que sur le dernier album de son propre groupe, NEUROSIS, double la chant à mis parcours. Et à l'instar d'un couperet final, ce dernier titre tire la révérence à tout espoir. Tendue, l'interprétation ajoutée de Scott Kelly noircit au-delà du noir le plus pur la seule désolation qu'aurait du laisser Nowena I 9.10. Comme toutes les interprétations du groupe, le disque se clôture dans un final essoufflant qui laisse abasourdi l'auditeur épuisé par tant d'intensité.

Face à l'attente de plus en plus intenable du nouvel opus d'AMENRA, il apparait évident que la longueur mais surtout le contenu de quatre titres seulement pour un album en décevra plus d'un. Deux titres supplémentaires, voire même un seul aurait pu créer la différence sur cet appréciation. Même si AMENRA opère un retour aux sources, qui pourrait être perçu à son tour comme un manque de prise de risques, le groupe a toujours privilégié une musique sensorielle pour exprimer l'ambiguité de son désespoir et de la souffrance. En toute logique, il ne déroge pas à la règle avec Mass V qui comme ses prédécesseurs, retourne le ventre et son contenu. Toutefois, AMENRA continue d'évoluer et ce nouvel opus n'est pas en reste en cette matière. Même si pour atteindre son but, le disque utilise un langage connu, AMENRA n'hésite pas à apporter quelques nuances bienvenues. Mass V atteint son objectif. Intense et douloureuse, la musique de AMENRA ne s'est au moins pas dénaturée. Il aurait été dommageable d'entendre un disque qui aurait perdu de sa force au profit d'une évolution surprenante.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
7

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE