Chronique

ILYDAEN
Digressions

image
Dunk! Records / Wolves And Vibrancy

6 titres / 35 minutes
Sorti le 15-11-2012


image
Mercredi 21 novembre 2012

Actif depuis 2008 et de plus en plus présents sur les scènes belges (et même étrangères, avec une tournée en Europe de l'est en compagnie de Terraformer
Terraformer


Clique pour voir la fiche du groupe
et quelques mini-tournées françaises), le trio post-rock liégeois Ilydaen
Ilydaen


Clique pour voir la fiche du groupe
ne nous avait jusqu'à présent gratifiés que d'une démo quatre titres sortie en 2011.

Arrive donc ici le premier LP du groupe. Ils insistent sur le fait qu'on le qualifie de LP et non pas d'album. Je n'ai pas creusé sur la raison précise mais dès la première écoute, la réponse m'apparaît plutôt évidente : Digressions, plutôt qu'être un assemblage de chansons, serait une pièce unique fragmentée en six parties.

On constate d'emblée que le groupe a ajouté une dimension plus dramatique à l'atmosphère de sa musique. On s'aventure dans épopée plus sombre, plus lourde. Sans virer à la sensation oppressante typique des groupes post-hardcore, c'est plutôt une certaine nostalgie qui se dégage ici de leur musique. Même si la démo a été enregistrée moins de deux ans avant cet album, on sent que le groupe a gagné en maturité et parvient bien mieux à faire passer ses émotions, chose qui n'est pas toujours facile avec de la musique instrumentale. Surtout quand celle-ci s'abstient de tomber dans les schémas habituels montée - explosion - retour au calme. C'est peut-être une des rares choses qui pourraient gêner les amateurs du genre d'ailleurs, cette intensité qui reste assez neutre tout au long du LP. On pourrait même vite laisser tomber ce Digressions après une tentative si on ne l'a écouté que d'une oreille, faute de point d'accroche incontournable. Ce n'est qu'au bout de quelques lectures, quand les mélodies deviennent familières, qu'on apprécie vraiment la musique.

Si Digressions, qui aurait pu n'être qu'une plage, est difficilement divisible, des titres comme Grinding Calls accrochent plus rapidement l'oreille avec un refrain aussi mélodieux que mélancolique. Nouveauté pour le groupe, le chant sur Tormented Stones. Une voix douce, qui vient se poser délicatement sur la musique pour la soutenir sans risquer de la dénaturer : elle est parlée et pas réellement chantée pour laisser aux instruments le contrôle absolu de la mélodie.

A l'écoute de ce morceau on réalise qu'avec l'évolution de leur musique certains autres passages du LP auraient pu se voir gratifier d'une ligne de chant. Il faudra voir au fil du temps si le groupe emprunte cette voie qui transformerait sans doute leur conception de la musique mais qui pourrait leur donner cet élément accrocheur qui leur manque encore par moments.

Digressions a le grand mérite d'être instrumentalement très riche, ce qui va me forcer à utiliser la formule bateau "on découvre de nouvelles sonorités à chaque écoute". A condition qu'on lui offre plusieurs écoutes, ce que je ne peux que conseiller vivement.


Tags : post rock instrumental
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE