Chronique

OBSIDIAN KINGDOM
Mantiis

image
autoproduit

http://obsidiankingdom.bandcamp.com/
Sorti le 16-11-2012


image
Mercredi 19 juin 2013

Fondé en 2005 dans des ruelles catalanes obscures, les barcelonais de Obsidian Kingdom ont su évoluer, sortant de leur chrysalide black métal, pour atteindre d'autres destinées musicales. Mantiis est le reflet de leur transformation, un album 14 titres, prog-métal et post-rock, aux multiples facettes.

Comme pour un film, cet album se dissèque en séquences "musicales" donnant à l'auditeur le sentiment d'assister à un opéra-rock aux contours indéfinis. Mantiis alterne d'ailleurs moments calmes et atmosphériques avec d'autres séquences plutôt brutales rappelant par moments des formations telles que Moonspell ou même Meshuggah.
Malgré les mélodies parfois un peu légères et simplistes, Mantiis affiche un ensemble de morceaux à la production léchée, bourrée d'effets et d'instruments diverses, faisant voyager l'auditeur vers des sphères plus électroniques, voire jazzy. Les bruitages sont également très présents et participent à cette mise en scène que Obsidian Kingdom tente de mettre en place.
Et puis, saluons les qualités vocales du chanteur/guitariste Rider G Omega dont le timbre n'a rien à envier à celui de Dave Gahan (un Dave Gahan à la sauce métal, plus exactement).

Cette chronique serait incomplète sans mettre en avant le magnifique artwork réalisé par l'artiste Ritxi Ostáriz (Ihsahn, Ulver). Ce dessin représentant une patte de mante religieuse sortant d'un crâne entreouvert n'a rien à envier aux rêveries surréalistes de Max Ernst. Clairement, Mantiis est un monde en lui même, à explorer sans plus attendre.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
14
AUTEUR : Marc
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger ve...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion ...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse c...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté,...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté, pour nos artistes du cru. Après l'obtention de son diplôme en information et de communication, il intègre en 200...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE