Chronique

LETLIVE
The Blackest Beautiful

image
Epitaph Records

11 titres - 43 minutes
Sorti le 09-07-2013


image
Mardi 23 juillet 2013

Troisième album pour letlive.
letlive.


Clique pour voir la fiche du groupe
, et deuxième sur le prolifique et mythique label Epitaph. Le single Banshee - Ghost Fame diffusé début juin avait laissé apparaître un letlive.
letlive.


Clique pour voir la fiche du groupe
mûri, jouant sans sourciller avec le chant rappé, les voix claires et criées. C'est d'ailleurs cette même piste qui ouvre cet album plutôt attendu, sans être vraiment annoncée comme la sortie immanquable de l'année.

Alors c'est plutôt une bonne surprise quand on se rend compte que depuis la sortie de Fake History en 2010, le groupe a considérablement évolué et s'est trouvé une véritable identité. Assumant pleinement son côté hardcore avec des passages sulfureux comme sur Empty Elvis et ses influences rock alternatif mises à plat sur That Fear Ever, letlive.
letlive.


Clique pour voir la fiche du groupe
applique le mélange des genres avec une efficacité redoutable.

Dans les passages les plus agressifs, cet album peut même rappeler des pionniers comme Refused
Refused


Clique pour voir la fiche du groupe
. Mais c'est sur ses parties plus soft que le groupe étonne le plus, par son sens de la mélodie et du rythme. Le chant ultra varié de Jason Aalon Butler, qui s'est déjà bâti une solide réputation de frontman cinglé et imprévisible, est lui aussi un atout incontestable de la qualité de cet album.

La perle de ce The Blackest Beautiful nous est servie en début d'album. White America's Beautiful Black Market, qu'ils devraient inévitablement sortir en single, est un excellent condensé des meilleurs éléments que cet album est capable de révéler, avec son rythme chaloupé, son refrain pop bien torché et surtout son passage hardcore qu'on jurerait sorti d'un album de Vision Of Disorder
Vision Of Disorder


Clique pour voir la fiche du groupe
.

Si on peut regretter une chose, c'est qu'hormis le déjanté The Priest And Used Cars, on ne retrouve plus de tels passages en fin d'album, qui vire quand même très pop sur Pheromone Cvlt. Cela ne remet pas en question la grosse claque qu'on peut prendre à l'écoute de cet album, mais on se met par moments à attendre des sons géniaux qui tardent à arriver.

Encore un album à ranger dans la catégorie "Je vais l'acheter en vinyle et n'écouter que la Face A". Mais l'écouter jusqu'à l'usure.


Tags : alternative rock punk hardcore
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE