Chronique

JUCIFER
за волгой для нас зе

image
Nomadic Fortress

http://jucifer-official.bandcamp.com/
Sorti le 17-07-2013


image
Mercredi 14 août 2013

Vingt ans de déambulation planétaire dans un van au départ de la Géorgie. Cet anniversaire, Jucifer
Jucifer


Clique pour voir la fiche du groupe
a choisi de le fêter par un 8ème album studio nommé "за волгой для нас земли нет", traduisez : "Bayond the Volga there is no land". Un album concept à la sauce russe, par des américains plutôt du sud, ça ne s'invente pas. Il est loin le temps de la guerre froide.

Ces clochards célestes sludge/doom (duo et amoureux dans la vie) trimbalent leurs matos de concert en concert (on parle de 20 pays par an en moyenne) en écumant les salles et les festivals avec une régularité de double grosses caisses. cette opus démontre une fois encore combien Jucifer
Jucifer


Clique pour voir la fiche du groupe
a la capacité de se renouveler et de se surpasser en studio malgré le temps passé sur la route lors de tournées interminables.

Clairement, cette cuvée dédiée au peuple de Stalingrad sent le souffre et se décline en 16 titres déroutants, sales et franchement bien ballancés. On perçoit tout de suite ce son lent qui les caractérise mais avec un accent bien plus sludge et vicéral, très proche de celui produit par Rwake
Rwake


Clique pour voir la fiche du groupe
notamment.
La voix profonde de Amber Valentine ne s'éclaircit pas d'un chouilla tout au long de ces 16 titres déviant parfois vers des sonorités plus hardcore et black-métal.
On y rencontre aussi des morceaux insturmentaux et des monologues d'une femme parlant en russe comme lors de l'ouverture et de la clôture de l'album.
Une façon semble-il adéquate de créer un album à l'ancienne, racontant une histoire (démoniaque) tout en relief et en rebondissements.

Bref, Jucifer
Jucifer


Clique pour voir la fiche du groupe
s'hérige avec cette plaque au panthéon des faiseurs d'ambiances maléfiques, dessinant la BO idéale d'un film de danse macabre où Raspoutine et Aleister Crowley se livrent à des rites innomables. D'évidence un album à ne pas laisser entre toutes les mains, car une fois écouté il est déjà trop tard. Le mal vous guette, je vous le dit.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
11
AUTEUR : Marc
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger ve...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion ...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse c...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté,...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté, pour nos artistes du cru. Après l'obtention de son diplôme en information et de communication, il intègre en 200...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE