Chronique

SUZUKI JUNZO
Portrait of Madeleine Elster

image
Utech Records

http://suzukijunzo.org/top_index.htm
Sorti le 05-12-2013


image
Jeudi 17 octobre 2013

Suzuki Junzo
Suzuki Junzo


Clique pour voir la fiche du groupe
est loin d'être un sédentaire, il parcours chaque année le globle en solo partant de son Tokyo natal pour des tournées vagabondes se dessinant au gré des rencontres et du hasard.

Dans sa valise, nous retrouvons sa guitare et ses deux albums à paraitre chez Utech Records , un label basé à Milwaukee ayant déjà sortie quelques efforts de James Plotkin, Philippe Petit, Locrian
Locrian


Clique pour voir la fiche du groupe
, Final (Justin K Broadrick) ou même Aluk Todolo
Aluk Todolo


Clique pour voir la fiche du groupe
, excusez du peu.

Ce label convient parfaitement à Suzuki vu sa capacité à brasser large au niveau stylistique au travers de formations aussi diverses que 20 Guilders et Miminokoto
Miminokoto


Clique pour voir la fiche du groupe
, par exemple. Ces deux albums bien différents l'un de l'autre démontrent à quel point Suzuki Junzo
Suzuki Junzo


Clique pour voir la fiche du groupe
aime explorer différents genres et sonorités.

Au contraire de "Sings II" qui sortira également en décembre, le quatre titres de "Portrait of Madeleine Elster" s'inscrit dans la lignée de "Ode To A Blue Ghost"(2012) où le jeu de guitare s'aventure dans des structures drones, répétitives, hypnotiques et personnelles, laissant libre court à l'improvisation. On retrouve cela avec le titre d'ouverture "When Grey Skies Turn To Blood Red", une session de guitare psyché/drone saturée, à l'intensité progressive, accompagnée par les percussions de Takahashi Ikuro.

Le titre "La Notte" fait de même, dans un esprit plus minimaliste, troquant la saturation de cordes stridantes par des notes nonchallantes à double reverb. Cette "Notte" laisse entrevoir quelques paroles en japonais donnant au morceau une allure d'incantation somnambule. "La Notte" devient ainsi aussi sombre que celle du film du même nom (cf: Antonioni). Notons au passage que Suzuki San est un grand cinéphile.

L'opus se clôture par une longue plage plus aérienne, toute aussi minimale et nonchallante, sur fond de souffles du vent, d'harmonica et de bruitages lointains. Ce morceau, comme les trois autres, dressent le portrait de son auteur (ou de Madeleine Elster), une musique "nomade", vagabonde, dotée d'une puissance "cinématographique" absorbante.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
31
AUTEUR : Marc
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger ve...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion ...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse c...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté,...
Marc est un mélomane qui depuis l’achat de sa première cassette de Metallica (le maxi de Wherever I May Roam) n’a jamais cessé de se diriger vers le rayon Hard Rock de chez Caroline Music. Pendant son adolescence, la lecture de magazines tels que R.A.G.E ou Popular1, sans oublier l'écoute de Rock à Gogo, a fortement agrandi sa passion pour la culture et la musique alternative. Les découvertes de Channel Zero et de DV8 furent une autre grosse claque dans son apprentissage et le début d’un intérêt, d’une certaine fierté, pour nos artistes du cru. Après l'obtention de son diplôme en information et de communication, il intègre en 200...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE