Chronique

BELLE EPOQUE
A la dérive

image
Heart On Fire



image
Mardi 6 décembre 2005

Haaaaa Belle Epoque...

Leur demo avait déjà séduit pas mal de personnes, avec leur emocore bien frais. C'est vraiment de fraîcheur dont on peut parler, des compos hyper mélodiques, un son clair et dégagé... Ce LP s'est fait attendre et sort enfin sous différents labels : Les Entreprises Marcel Daron (enfin le truc d'Hervé, le bassiste), Rejuvenation Records, Gaeloulou (?) et Heart On Fire.

Caractéristique de la dite demo, ce son de guitare presque pas distortionné, seuls les cris et la furieuse rendaient la musique violente. Particulier mais franchement excellent.

Là niveau son on passe à un truc bien pro de studio, bien plus de disto et bien plus de basses... Le premier morceau est plus rentre-dedans aussi. Il s'appelle La danse finie, les masques tombent. Bien plus rapide que ce que j'avais pu entendre d'eux avant, moins "romantique" mélodiquement, aussi. Toujours prenant fort heureusement... Le refrain saccadé est un des points jouissifs de cet excellent disque.

Le mal à penser, d'entrée de jeu plus calme, commente un débat d'idées sous un fond de fausse rébellion, dans la veine de certaines paroles d'Amanda Woodward d'après moi. On expose ses idées sur un socle de connerie. On exhibe sa connerie en fuyant ses idées. Croyant contester, on s'est fait berner. On s'est fait racheter. Morgan parle plus qu'il ne crie ici, et globalement on se rend compte que le groupe a peu à peu enlevé l'accent qu'ils avaient jusqu'ici mis sur le jeu de guitare.

Naufragées volontaires... Les paroles contestataires entraînent une musique plus agressive, semble-t-il. La batterie s'accélère, la voix se remet à crier... Pour mieux laisser place aux mélodies sur Il est trop tard qu'on a pu découvrir sur différentes compils... Morceau le plus "personnel" de l'album je dirais puisqu'on retrouve ce son de guitare presque clair dont je parlais concernant la démo.

On cultive la distance a un côté un peu dissonnant et grinçant qui en fait à mon sens le meilleur morceau du disque... Un peu plus noir également... La seconde moitié du morceau avec sa ligne de basse redondante est somptueuse, vraiment.

Des dos tournés, à des yeux qui tombent
Dans des bouches fermées, dans des bouches fermées
A la recherche de sourires qui se dévoilent
D'émotions et d'échanges sans réserve
On a tous un coeur alorsd autant que ça serve
Moi je préfère baigner dans l'inconscience
Et jouer sur la transparence de mes sentiments


Le dernier morceau, Une simple étoile, au début on dirait le premier. C'est pas une critique mais c'est le même riff au tout début, c'est zarb. Etrangement j'aime un peu moins, faut dire qu'après la patate de la fin du morceau précédent je deviens un peu difficile...

Le LP est accompagné d'un livret format A5 comprenant les paroles ainsi que divers petits textes persos et quelques illustrations... Vraiment un joli objet pour quiconque apprécie l'art DIY. Belle Epoque est définitivement un groupe à part qui évolue dans un style que peu de groupes affectionnent actuellement, ce qui les rend d'autant plus intéressants... Et bonne nouvelle, l'entièreté du disque est en téléchargement libre, suivez les liens un peu plus bas !

NDLR : On me signale dans mon oreillette que le LP a été enregistré dans un squat, je vous autorise donc à vous moquer de moi quand je parlais de bon gros son de studio.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE