Chronique

MR. BIG
...The Stories We Could Tell

image
Frontiers Records

Sorti le 26-09-2014


image
Mercredi 22 octobre 2014

Frais et spontané, voilà deux mots qui pourraient définir ce nouvel opus dont Mr. Big vient d'accoucher. Mais si ...The Stories We Could Tell vient confirmer l'excellent retour que le groupe avait fait en 2011 lors de la sortie de What If..., qui mettait fin à dix ans de silence, ce nouvel album pourrait cependant bien marquer la fin d'une époque pour le groupe emmené par Paul Gilbert. Car avec l'annonce de la maladie de Parkinson dont souffre son batteur, Pat Torpey, le groupe aurait bien pu postposer, voire même carrément annuler la sortie de ce huitième album.

Contraint et forcé de l'annoncer, ce génie des baguettes qu'est Pat Torpey a certainement bien failli tout plaquer lorsqu'il a dû, malgré lui, admettre que sa maladie était arrivée à un stade qu'il ne pouvait plus cacher. Le groupe aussi, d'ailleurs, aurait pu décider de ne pas sortir cette nouvelle plaque sans son batteur emblématique. Mais the show must go on, et au lieu de s’apitoyer sur leur sort et surtout sur celui de leur collègue et ami de toujours, les membres de Mr. Big ont décidé de relever la tête et de pondre un album emprunt d'optimisme et de gaieté. Après tout, le rock n'est-il pas la meilleure des thérapie?

Et le résultat est à la hauteur des espérances! A la fois tendre, comme sur "The Man Who Has Everything" et catchy à souhait comme, par exemple, sur le très hendrixien "I Foreget to Breath", ce huitième album du super groupe made in L.A. est de nouveau d'une extrême qualité. Aidé par un programmeur, Pat Torpey livre ici une prestation de laquelle on ne pourrait jamais dire qu'elle est le fruit d'un homme malade.

De son côté, le duo formé par Billy Sheehan à la basse et Paul Gilbert à la guitare tient une nouvelle fois toutes ses promesses, comme en témoigne le sixième titre de l'album, "The Monster In Me", qui débute par un concours de tapping. Et que dire de la prestation vocale de Eric Martin? Présent depuis les débuts du groupe en 1988, l'homme de 54 ans accouche ici d'une prestation 5 étoiles. Toujours juste et jamais exagérée, sa voix se fond dans le décor et complète à merveille les instruments des trois autres membres du groupe.

Ces quatre là ont beau tous être des extraterrestres dans leurs domaines respectifs, ils n'en restent pas moins des hommes qui aiment une musique simple et efficace. Car s'il y a bien deux mots qui pourraient résumer à eux seuls la musique de Mr. Big, c'est bien ceux-ci!

En balançant un hard rock qui lui ressemble Mr. Big n'apporte donc certainement rien de neuf sur le marché. Mais ici, la bande à Paul Gilbert se fait clairement plaisir en signant un disque classique, mais d'une justesse incroyable. Et quand on sait que tout aurait pu se terminer à cause d'une tremblote, la stabilité et l'efficacité que l'on retrouve sur cette nouvelle plaquette rassurent et font réellement plaisir à entendre!

Reste juste à espérer que l'aventure ne s'arrêtera pas là.

TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
3

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE