Chronique

WOVENWAR
Wovenwar

image
Metal Blade Records

15 titres - 54 minutes
Sorti le 05-08-2014


image
Vendredi 24 octobre 2014

Faut-il retracer l’historique récent de As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
, qui explique en grande partie la genèse de Wovenwar
Wovenwar


Clique pour voir la fiche du groupe
? Pour la forme, rappelons que l’incarcération de Tim Lambesis (voir les multiples news à ce sujet par ailleurs) a stoppé net l’ascension de As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
, ses ex-musiciens fondant dans la foulée Wovenwar
Wovenwar


Clique pour voir la fiche du groupe
en compagnie de Shane Blay (Oh, Sleeper
Oh, Sleeper
Clique pour voir la fiche du groupe
). La question qui se pose naturellement est donc de savoir si Wovenwar
Wovenwar


Clique pour voir la fiche du groupe
, avec cet album éponyme, peut remplacer tranquillement As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
dans le cœur des fans de ce dernier.

Certains « on dit », voire Tim Lambesis lui-même, indiquaient que plusieurs titres étaient déjà composés à la formation de Wovenwar
Wovenwar


Clique pour voir la fiche du groupe
, notamment en vue du prochain As I lay Dying
As I lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
. A l’écoute de l’album, il est vrai que certains riffs (prenons l’attaque initiale de All Rise par exemple) sonnent clairement comme du As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
. Et pourtant, cet album éponyme de Wovenwar
Wovenwar


Clique pour voir la fiche du groupe
n’est pas vraiment à classer aux côtés de ses prédécesseurs.

Clairement, les zicos ont tourné la page et ont fait muter leur Metalcore couillu vers un Metal moderne générique ultra mélodique, formaté pour les radios (ou plutôt pour de belles vidéos Youtube pour rester dans l’air du temps !). Shane Blay et Tim Lambesis chantant dans des registres totalement différents, cette évolution n’est pas finalement pas étonnante. Délicate, la voix de Shane, toujours chantée et jamais hurlée, est clairement mise en valeur comme élément central de cet album (Tempest, Profane,...).

Le problème est que malgré quelques tentatives plus mélancoliques (Father/Son, Prophets), on finit par s’ennuyer. Très lisse, cette collection de gentilles chansons (15 quand-même…) finit en effet par lasser et manque singulièrement de tonus. En cela, l’amateur de Metalcore catchy à la Trivium
Trivium


Clique pour voir la fiche du groupe
ou plus classique à la As I Lay Dying
As I Lay Dying


Clique pour voir la fiche du groupe
(forcément) risque de rester sur sa faim, et se retrouver à zapper un certain nombre de morceaux dès la deuxième écoute.

Ce premier album de Wovenwar
Wovenwar


Clique pour voir la fiche du groupe
est loin d’être raté. Formaté, équilibré, superbement produit (merci au duo Bill Stevenson/Colin Richardson), il a tout pour convaincre le public mainstream de ses effets. Cependant, à la lumière du CV de ses géniteurs, on est quand-même en droit de se retrouver déçu par le manque de vigueur de la musique ainsi proposée. Maintenant, pour un premier essai le résultat reste très abouti dans le genre, donc il reste à voir si la deuxième livraison apportera un peu plus de folie...


Tags : as i lay dying, oh sleeper, metalcore, radio
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
1

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE