Chronique

THUNDER
Wonder Days

image
earMusic

Sorti le 16-02-2015


image
Mardi 2 juin 2015

Formé en 1989 sur les cendres de Terraplane, Thunder
Thunder


Clique pour voir la fiche du groupe
fait partie de ces groupes qui ont désormais leur carrière derrière eux, mais qu'il serait pourtant triste d'enterrer prématurément. Après un premier split en 2000 et un second en 2009, le quintet anglais, entre temps reformé en 2011 à la suite d'une prestation au High Voltage Festival de Londres, fête son retour en nous livrant un dixième opus tout simplement magnifique.

Attendu depuis sept ans, Wonder Days est ce qu'on appelle un album complet et équilibré dans lequel il n'y a tout bonnement rien à jeter. Dans un British Rock qui rappelle bien évidemment Led Zeppelin, Whitesnake
Whitesnake


Clique pour voir la fiche du groupe
ou encore Cream, Thunder
Thunder


Clique pour voir la fiche du groupe
touche à la perfection et, après tout ce temps, arrive, ou plutôt revient, au sommet de son art.

Que ce soit dans la qualité des compositions ou dans leur interprétation, les musiciens, tous issus du line-up d'origine à l'exception de Chris Childs (à la basse depuis 1996), se trouvent les yeux fermés et redonnent à la notion de plaisir toutes ses lettres de noblesse. Car s'il y a bien une chose à retenir ici, c'est bien le plaisir qui est pris par le groupe, mais également celui qu'il donne à travers son disque.

Bien sûr, certains trouveront par moment à Thunder
Thunder


Clique pour voir la fiche du groupe
un petit manque d'explosivité, mais qu'on se le dise, ce nouvel opus regorge de riffs catchy à souhait! Car que ce soit avec "Wonder days", titre éponyme qui ouvre l'album, "The Prophet" ou encore "Chasing Shadows", Thunder
Thunder


Clique pour voir la fiche du groupe
se replace sur l'échiquier du Hard Rock et nous rappelle que les Rival Sons
Rival Sons


Clique pour voir la fiche du groupe
ou autres Triggerfinger
Triggerfinger


Clique pour voir la fiche du groupe
n'ont absolument rien inventé.

On pointera également au passage "Broken", magnifique ballade sur laquelle Danny Bowes laisse éclater plus encore la qualité de sa voix. A 55 ans, l'homme a beau faire son âge, son timbre de voix n'a par contre pris aucune ride et nous balance une énorme boule dans la gorge et un paquet de frissons à travers le corps.

Au final, avec onze titres d'une grande complémentarité, Thunder
Thunder


Clique pour voir la fiche du groupe
accouche là d'un album d'une rare homogénéité qui s'avère peut-être même être l'un de ses meilleurs. Avec tout ça, une seule question demeure encore: comment Thunder
Thunder


Clique pour voir la fiche du groupe
a-t-il pu faire pour ne pas avoir un succès planétaire? Ça, c'est clair, on se le demande!
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE