Chronique

THE MARS VOLTA
Scab Dates

image
GSL



image
Mercredi 1 mars 2006

Ceux qui regrettent toujours la dissolution d'At The Drive-In ne sont pas rares. Le sentiment d'avoir perdu un groupe excellent pour gagner un bon groupe j'ai dû l'avoir aussi... C'est vrai qu'un Relationship of Command est plus rentre-dedans que Deloused in the Comatorium ou que l'ovni musical qui lui a succédé, Frances The Mute.

Néanmoins, toute subjectivité mise à part, il faut bien reconnaître que The Mars Volta est un groupe à part. La démarche musicale, le génie inventif d'Omar Rodriguez-Lopez, la voix de Cedric Bixler-Zavala, la constante évolution de leur musique... Après le semi-échec commercial de Frances The Mute, que les bidouillages studio ont rendu assez difficile d'accès pour une oreille lambda, je ne suis pas sûr qu'un album était vraiment le plus approprié. Mais on est ici au-delà d'un simple album live (concept qui semble parfois se rapprocher du best), car les morceaux ici présents sont remodelés, retravaillés, recomposés, enfin bref c'est plus du tout la même chose. C'est toujours aussi expérimental, ça part souvent en impro (sur la quasi-totalité de l'album, en fait) et on se trouve en présence d'un album à part entière, ou presque. Car un Cicatriz déjà long sur album (12 minutes) prend ici plus de la moitié de l'album, un délire musical de 40 minutes parsemé de passages planants, aux sonorités lorgnant souvent du côté des 70's. Un peu comme une grosse boîte qu'on ouvre sans savoir quand on pourra la refermer, et qui laisse place à tous styles d'impros, où l'on peut être surpris toutes les 30 secondes...

Cet album est nécessaire pour comprendre l'ampleur que peut prendre la musique du groupe, et ce en toutes circonstances. Aussi bien au niveau des retouches studio comme sur l'album précédent que de la liberté scénique sur ce live particulier. Peut-être pas la meilleure façon de découvrir le groupe dans la plupart des cas. Mais pour ceux qui aiment la scène et les délires qu'un concert peut procurer, cela devient un vrai régal !
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE