Chronique

AT THE DRIVE-IN
This station is not operational

image
Fearless Records / V2 Records



image
Vendredi 10 mars 2006

2000. A l'apogée de leur succès et contre toute attente, les Texans de At The Drive-In
At The Drive-In


Clique pour voir la fiche du groupe
annoncent leur séparation. En effet, moins d'un an plus tôt sortait Relationship of Command, succès planétaire et révélation pour la plupart de leurs prétendus fans de la première heure... Bourré de tubes potentiels, cet album a donné l'occasion au groupe de montrer leur folie scénique un peu partout dans les émission US du style Jay Leno ou Conan O'Brien... Juste un peu morceau par-ci par-là, mais suffisamment pour marquer les esprits.

Car si c'était loin d'être des débutants, avec un débit d'albums assez conséquent (5 en 5 ans), leurs précédentes sorties étaient plutôt restées assez confidentielles bien que de très bonne facture. Sauf dans le milieu purement emo-core bien sûr.

Concernant ce best-of posthume, les gars du label ont tenté d'en faire un objet aussi intéressant pour ceux qui veulent découvrir le groupe que pour les connaisseurs. Ce condensé de 18 morceaux est donc plus ou moins coupé en deux : 11 morceaux issu de leurs 5 albums et EP, et 7 B-sides, reprises ou chutes de studio.

En terme simple de qualité, la première partie est bien sûr la plus intéressante car elle permet de retracer en quelques minutes l'évolution musicale du groupe, de la rage et des cris de Chanbara (de l'énormissime album In Casino Out, plaque la plus emo du groupe) au mega-super-hit-single et néanmoins excellent One Armed Scissor. Seul le premier album, Acrobatic Tenement, passe à la trappe. Bien sûr dans ce genre d'exercice le choix des morceaux déplaira à environ 98% des amateurs du groupe. Dans mon cas, je regrette surtout l'absence du génial et violent Arc Arsenal de Relationship of Command. Mais les 3 morceaux (One Armed Scissor, Enfilade, Non-Zero Possibility) représentant l'album culte du groupe présentent chacun un aspect musical différent, le choix n'est donc pas condamnable. D'ailleurs pour bien faire il aurait fallu un quadruple CD, en fait.

Deuxième partie du CD. Incetardis, Une chute de studio de Relationship of Command, est vachement rentre-dedans, ça crie direct, comme on ne l'avait pas encore entendu sur ce disque. Allez, on va dire que c'est comparable à Arc Arsenal mais un cran en-dessous, c'est quand même pas une chute de studio pour rien... on va pas crier au génie. La chute de studio de In Casino Out ressemble un peu beaucoup à Lopsided, on comprend qu'ils ont sans doute dû faire un choix au moment de sortir l'album. Et ils ont fait le bon. Le reste est pour moi assez dispensable, aussi bien la reprise des Smiths (This Night Has Opened My Eyes) que celle de Pink Floyd (Take Up Thy Stethoscope and Walk), enregistrée live pour une live-session sur la radio BBC.

Bref vous l'aurez compris, une rétrospective de très bonne qualité en ce qui concerne l'aspect best-of du disque, mais les inédites ont tendance à me laisser un peu sur ma faim...
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
AUTEUR : Erik
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentr...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...
Rescapé de la scène hardcore underground de la fin des années 90, Erik a lancé Shoot Me Again en 2004 avec Julien, un autre gamin hyperactif de l'époque. Ecumant à eux deux les salles les plus improbables lors du lancement de ce webzine, ils se sont rapidement entourés d'autres camarades de jeu pour renforcer l'équipe. Aujourd'hui concentré sur le développement du site, il est moins présent sur le front. ...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE