Chronique

ABBATH
Abbath

image
Season of Mist

8 titres - 40 minutes
Sorti le 22-01-2016


image
Jeudi 11 février 2016

Suivant le dicton : tu peux virer Abbath
Abbath


Clique pour voir la fiche du groupe
de Immortal
Immortal


Clique pour voir la fiche du groupe
, mais tu ne vireras jamais Immortal
Immortal


Clique pour voir la fiche du groupe
d’Abbath
Abbath


Clique pour voir la fiche du groupe
! Dispute légale ou non, légitimité en solo ou non, il parait normal qu’Abbath
Abbath


Clique pour voir la fiche du groupe
se repose sur ses atouts pour ce premier album solo après une si longue carrière. Alors plutôt que d’en faire une faiblesse, voyons ceci comme une force. Blindé de riffs froids et mélodiques (à la Immortal
Immortal


Clique pour voir la fiche du groupe
bien sûr !), cet album voit aussi Abbath
Abbath


Clique pour voir la fiche du groupe
essayer d’incorporer son apprentissage Rock/Metal plus classique issu du Between Two Worlds de I. Et ce, même si, globalement, l’animal a davantage poussé le bouton agressivité que sur l’hyper mélodique All Shall Fall. Si bien que cet album, sans renier les moments les plus punitifs de Sons of Northern Darkness (Winterbane) fait justement penser à un croisement entre All Shall Fall et Between Two Worlds, avec manifestement une légère préférence pour ce dernier.

Au-delà de ce rappel discographique, cet album semble s’est figé docilement dans un ciment mélodique rock et groovy, où la basse de King ov Hell fait des merveilles, voire joue un rôle plus important que ce que l’on a pu entendre par le passé avec ce cher Abbath
Abbath


Clique pour voir la fiche du groupe
. Côté batterie également, Creature (Kevin Foley de Benighted
Benighted


Clique pour voir la fiche du groupe
) s’est manifestement fait bien plaisir et parvient à apposer son sceau à cet album, tout en évitant les écueils stéréotypés. Evidemment, les riffs à la fois brutaux et dansants sont aussi de mise (To War!, très Immortal
Immortal


Clique pour voir la fiche du groupe
, ou Endless, qui rappelle All Shall Fall), même si, lorsqu’ils sont répétés inlassablement, on finit par se demander s’il s’agit là d’un syndrome version page blanche ou de l’exploitation de tout le potentiel d’une idée d’écriture.

C’est sur ce point que les avis risquent de diverger concernant cet album, l’effet réussissant ou échouant selon les chansons concernées. Au risque d’enfoncer une porte ouverte, on ajouterait même qu’il est probable que l’attente initiale envers cet album (Abbath
Abbath


Clique pour voir la fiche du groupe
va-t-il poursuivre sur base des derniers travaux d’Immortal
Immortal


Clique pour voir la fiche du groupe
? va-t-il revenir aux débuts ? va-t-il refaire du I ? de la zouk ?) conditionne son appréciation. Le résultat parait évident au final, cet éponyme semblant venir comme une suite ouverte et logique des tout derniers travaux du Norvégien.

Bien ficelé (Count the Dead), propret, l’album n’est cependant pas exempt de défauts. Le mastering tendrait presque à thrashiser certaines parties et manque de mettre suffisamment en relief le contraste entre intensité sonore et froideur. Certaines sections rituelles plus mid-tempo (Root of the Mountain) nous rappelleraient maladroitement Inquisition
Inquisition


Clique pour voir la fiche du groupe
(un comble), et d’autres titres comme Oceans of Wounds ne prennent pas, tout simplement.

Avec seulement 40 minutes au compteur et une certaine facilité d’écoute, Abbath
Abbath


Clique pour voir la fiche du groupe
est un album plutôt sympa à s’envoyer. On verra comment ce disque sera défendu sur scène, mais ce petit vent de fraicheur ainsi apporté n’est pas foncièrement désagréable, et on se plait à découvrir ce nouveau matériel, reconnaissable entre mille...


Tags : Immortal I black kevin foley Norvège
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
2

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE