Chronique

AMON AMARTH
Jomsviking

image
Metal Blade Records

11 titres, 52 minutes
Sorti le 25-03-2016


image
Samedi 2 avril 2016

Il est enfin là. Les gars d'Amon Amarth ont, l'air de rien, bien fait monter la sauce autour de ce Jomsviking, premier album-concept du groupe (enfin, entièrement concept, parce que forcément, quand on parle sur chaque chanson de vikings et de mythologie nordique, sans être au courant, difficile de voir la différence...) et qui succède à un Deceiver of the Gods globalement très inspiré.
Il faut dire que depuis le référentiel (et probablement indépassable) Twilight Of The Thunder God, sorti en 2008, les Suédois ont pris une ampleur impressionnante, devenant (à tort d'un point de vue purement musical, mais passons) les représentants les plus fameux du viking metal ou, à tout le moins, de ce mouvement de plus en plus hype chez les métalleux qui consiste à boire dans une corne en portant un pendentif de Mjöllnir. Et si le tout sonne souvent kitsch chez des amateurs bien souvent incapables de citer quatre dieux scandinaves ou de dater l'époque viking, chez Amon Amarth, c'est du sérieux, comme le prouve ce thème somme toutes assez pointu - la tribu semi-mythique des "Jomsvikings", dont je vais modestement éviter de vous copier-coller la page wiki.

Honnêtement, l'idée est excellente, car elle permet pour une fois au groupe de sortir de thèmes bien souvent éculés pour se centrer sur des événements semi-historiques. First Kill, titre d'ouverture et premier dévoilé sur le net, posait d'ailleurs bien le décor, avec des paroles prenantes et rappelant nettement les ambiances développées dans les sagas islandaises. Musicalement, le tout est épique et efficace, tout en intégrant juste assez de nouveauté pour surprendre, comme cette narration profonde en début de morceau.
Le problème, c'est que c'est peut-être là le seul vrai bon moment de Jomsviking...

Ne tournons pas autour du pot: après cet agréable démarrage, il ne se passe à peu près rien sur ce nouvel album d'Amon Amarth. Si la patte unique du groupe est immédiatement perceptible, elle semble dénuée de toute l'efficacité et de tout le souffle épique qui faisaient des précédents albums de vraies réussites. Le son est ici particulièrement faible, notamment au niveau des guitares, tellement heavy que le tout n'a parfois plus grand chose d'extrême si on en retire la voix de Hegg. Cette perte de puissance était déjà perceptible sur Deceiver of the Gods, mais était compensée par la qualité d'écriture toujours au rendez-vous, au service notamment de refrains mémorables. Rien de tout ça ici. Même le prétendu "hit", Raise Your Horns, sonne comme un morceau moyen de Manowar chanté par Hegg... dont la voix sonne par moments "forcée", comme sur Wanderer. De même, la narration si réussie sur First Kill sonne totalement faux sur At Dawns First Light, au demeurant un bon morceau...

Autres titres rescapés de ce qu'on ne veut pas appeler un naufrage, The Way of Vikings aux couplets particulièrement réussis, accompagnés d'orchestrations surprenantes, mais qui retombe un peu sur le refrain. Un titre agréable, toutefois. One Thousand Burning Arrows sort également du lot, ce morceau très particulier pour le groupe instaurant une ambiance dramatique via des mélodies de guitare et un Hegg déployant toute sa palette vocale. Probablement le titre le plus épique de l'album.

Reste qu'à l'autopsie, quelques moments véritablement faibles (ce duo avec Doro, notamment...) et, surtout, un goût global vraiment fadasse empêchent d'apprécier Jomsviking comme on l'aurait voulu. Comme on l'aurait voulu, oui, parce qu'Amon Amarth reste un groupe éminemment sympathique, unique en son genre et capable de bien, bien mieux. Le succès devrait toutefois être au rendez-vous, et on se réjouit de revoir Hegg et sa bande sur scène, où le tout pourrait prendre une autre dimension. Espérons-le!


Tags : amon amarth, viking, death metal
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
2
AUTEUR : Florent
Chroniqueur depuis ses 16 ans, il a voulu se relancer après un break... et des études de journalisme. Percer dans le journalisme musical quand on é...
Chroniqueur depuis ses 16 ans, il a voulu se relancer après un break... et des études de journalisme. Percer dans le journalisme musical quand on écoute du metal est aussi simple que percer dans le journalisme sportif quand on est fan de cricket, mais l'envie d'écrire et de partager sa passion l'a poussé à rejoindre les rangs de Shoot Me Agai...
Chroniqueur depuis ses 16 ans, il a voulu se relancer après un break... et des études de journalisme. Percer dans le journalisme musical quand on écoute du metal est aussi simple que percer dans le journalisme sportif quand on est fan de cricket, mais l'envie d'écrire et de partager sa passion l'a poussé à rejoindre les rangs de Shoot Me Again!...
Chroniqueur depuis ses 16 ans, il a voulu se relancer après un break... et des études de journalisme. Percer dans le journalisme musical quand on écoute du metal est aussi simple que percer dans le journalisme sportif quand on est fan de cricket, mais l'envie d'écrire et de partager sa passion l'a poussé à rejoindre les rangs de Shoot Me Again!...
Chroniqueur depuis ses 16 ans, il a voulu se relancer après un break... et des études de journalisme. Percer dans le journalisme musical quand on écoute du metal est aussi simple que percer dans le journalisme sportif quand on est fan de cricket, mais l'envie d'écrire et de partager sa passion l'a poussé à rejoindre les rangs de Shoot Me Again!...

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE