Chronique

AMENRA
Alive

image
ConSouling Sounds

Sorti le 15-04-2016


image
Dimanche 17 avril 2016

Devenu poids lourd de la scène Post-Core, l'expérience acoustique de AMENRA devait initialement être un one-shot pour leur fameux concert donné le 23 octobre 2009 à Kortrijk. Cette approche revisitant l'univers du groupe belge fut l'occasion de dépasser les émotions balisées que le groupe avait développées. Tout naturellement, un premier EP, Afterlife, puis d'autres prestations exceptionnelles ont vu le jour prolongeant ainsi de manière durable cette facette vulnérable de la formation.

A l'occasion de son passage au Roadburn Festival, AMENRA et ConSouling Sounds sortent Alive, un album complet, cette fois, de dix titres compilant différents enregistrements live de concerts donnés dans ce format acoustique, dont le dernier à l'AB.

L'album débute sur une réinterprétation des trois plages principales qui constituaient le premier essai discographique de AMENRA, Afterlife. To Go On And Live Without Out a d'ailleurs gagné en intensité.

Doté d'un univers très personnel, AMENRA ne nous a pas habitué à reprendre une composition que le groupe n'a pas composée. C'est pourtant avec une certaine réussite que les Belges réinterprètent Parabol de TOOL. La dualité entre le bourdonnement des cordes et le chant de Colin fonctionnent plutôt bien. Le groupe parvient tout en restant suffisamment fidèle à l'univers particulier de l'original à faire sienne cette interprétation.

Evidemment, en regardant le tracklist de l'album, deux des incontournables du groupe, Aorte et Razoreater sont particulièrement attendus. Il faut dire qu'AMENRA a amené ces deux compositions, dans leur version électrifiée, à un niveau d'intensité énorme. Si Aorte ressemble plus à une version light électro-acoustique, Razoreater comble pleinement nos attentes avec une vraie réinterprétation acoustique, réussie qui plus est.

C'est en choisissant la langue de Vondel qu'AMENRA va surprendre et prendre le plus de risques. Pour des non-néerlandophones, la musicalité de cette langue, à l'instar de l'allemand ne passe généralement pas très bien. Si pour Het Dorp, l'exercice se révèle bancale notamment à cause du choix d'interprétation vocale de Colin, sur l'hypnotique Buiten Datum, le mariage est de toute beauté. Confiant le micro à Sofie Verdoodt, on a droit à une composition forte, où le poème récitée renforce la fragilité recherchée. Bien que fonctionnant plus comme un intermède, la même recette est appliquée sur September et on peut dire qu'à chaque fois qu'AMENRA a choisi de mettre une voix féminine sur ses compostions, la magie a opéré.

Cet album acoustique renforce cette deuxième facette, partie intégrante aujourd'hui de la formation, tout en venant meubler quelque peu l'attente d'un nouvel album, électrique cette fois. Le précédent, Mass V, date de 2012. Si le disque se montre plus qu'intéressant, il pourrait toutefois se révéler moins attrayant pour des inconditionnels avertis de la formation qui avait au long de différents collectors déjà dévoilés une grande partie de titres que l'on retrouve rassemblés sur Alive pour un plus grand nombre cette fois.
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
134

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE