Chronique

CANDLEMASS
Death Thy Lover

image
Napalm Records

4 titres - 26 minutes
Sorti le 03-06-2016


image
Jeudi 1 septembre 2016

Membre fondateur et seul rescapé du line up originel, Leif Edling avait déclaré par le passé que Psalms for the Dead (2012) serait le dernier album de Candlemass
Candlemass


Clique pour voir la fiche du groupe
. Depuis, on s’est beaucoup inquiété pour ce génial songwriter, absent des planches depuis début 2014, apparemment en raison d’un burnout assez sévère. Une absence qui n’a pas empêchée Candlemass
Candlemass


Clique pour voir la fiche du groupe
de continuer à tourner, en faisant notamment appel à Jörgen Sandström de Grave
Grave


Clique pour voir la fiche du groupe
ou Per Wiberg de Opeth
Opeth


Clique pour voir la fiche du groupe
(quand il n’est pas aux claviers). Avant cela, dès 2012 en fait, Candlemass
Candlemass


Clique pour voir la fiche du groupe
avait même ajouté un nouveau chapitre à sa longue histoire des frontmen en intégrant (enfin) Mats Levén au chant, au plus grand soulagement des nombreux fans peu satisfaits des prestations live de Robert Lowe. Mieux, Leif Edling revenait par la suite sur sa décision en écrivant de nouvelles compos pour accompagner le trentième anniversaire du fameux Epicus Doomicus Metallicus, formant ainsi cet EP, Death Thy Lover, 100% inédit.

En appréciant une carrière aussi longue que celle de Candlemass
Candlemass


Clique pour voir la fiche du groupe
on se retrouve forcément partagé entre la satisfaction de voir le groupe proposer du matériel neuf qui sera peut-être joué live, et la crainte de voir ce matériel, nouveau justement, peiner à atteindre les standards de qualité du groupe.

Evidemment, la première chose que l’on remarque à ce niveau c’est la production, moderne et puissante, qui brutalise les atmosphères doomy qui ont fait de Candlemass
Candlemass


Clique pour voir la fiche du groupe
un véritable pionnier du genre. Un éloignement des racines du groupe confirmé par le morceau titre dont le tempo plutôt rapide surprend, et dont le côté mélodique vire carrément au refrain taillé pour les grosse scènes.

Mais Death Thy Lover n’est pas mauvais pour autant. Les riffs de Sleeping Giant, typiques Candlemass
Candlemass


Clique pour voir la fiche du groupe
, font plaisir à entendre et la prestation, certes scolaire, de Mats Levén laisse peu de place à la critique, tant son chant sinistre et sombre habite comme il sied la musique du groupe.

De la même manière, Sinister N Sweet fusionne les qualités agressives et mélancoliques de Candlemass
Candlemass


Clique pour voir la fiche du groupe
et démontre également une qualité dans les solos, qui rassurent sur l’état de forme de Leif. Enfin, le final instrumental The Goose vient rappeler à propos l’un des traits de caractère des Suédois, capables de ces moments musicaux si prenants.

Même si l’on peut déplorer l’accentuation du côté technique et produit de Candlemass
Candlemass


Clique pour voir la fiche du groupe
au détriment de son feeling d’autrefois et de sa capacité à poser de véritables ambiances, l’écoute de cet EP s’avère finalement fort agréable et vient ponctuer comme il se doit 30 années d’une belle carrière. Pas si mal pour un groupe qui n’était plus censé enregistrer...





Tags : Epic Doom Metal
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
5

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE