Chronique

SUMAC
What One Becomes

image
Thrill Jockey Records

5 titres - 59min
Sorti le 10-06-2016


image
Mercredi 8 juin 2016

Un an à peine après la sortie de son premier LP, The Deal, SUMAC
SUMAC


Clique pour voir la fiche du groupe
(USA) nous revient avec un nouvel album: What One Becomes.
Le super trio n'a pas attendu longtemps pour faire à nouveau parler de lui. Pour confirmer tout d'abord que SUMAC
SUMAC


Clique pour voir la fiche du groupe
est un vrai groupe, qui s'exprime sur disque, qui part en tournée; pour faire taire, par la même, les détracteurs qui annonçaient ce projet comme éphémère, comme une voie sans idée, comme une usine de recyclage pour les mauvais titres écrits par Aaron Turner avec ses autre groupes.
Et bien non. Loin de là. SUMAC
SUMAC


Clique pour voir la fiche du groupe
est un vrai groupe. Et quel groupe! Le chanteur et guitariste Aaron Turner (Old Man Gloom
Old Man Gloom


Clique pour voir la fiche du groupe
, Mamiffer
Mamiffer


Clique pour voir la fiche du groupe
, House of Low Culture
House of Low Culture


Clique pour voir la fiche du groupe
...), le batteur Nick Yacyshyn (Baptists
Baptists


Clique pour voir la fiche du groupe
) et le bassiste Brian Cook (These Arms Are Snakes
These Arms Are Snakes
Clique pour voir la fiche du groupe
, Russian Circles
Russian Circles


Clique pour voir la fiche du groupe
, ex-Botch
Botch


Clique pour voir la fiche du groupe
) forment, plus que jamais, un trio créatif et homogène où chacun apporte ses idées, ses «best-practices». Un son.

What One Becomes est l'album d'un groupe qui assimile plus vite, qui comprend plus vite et qui, par conséquent, évolue plus vite que beaucoup d'autres. Un album au son plus épais, plus dense que son prédécesseur. Un album plus audacieux; beaucoup plus audacieux. Beaucoup plus expérimental. Recherches sur les rythmes, sur les dissonances.

Qu'il suffise d'écouter l'intro quasi «noise» de Image of control; trois minutes qui donnent le ton: instruments saturés, autonomes, presqu'en polyrythmie; vocaux à la limite screamo, un break. Puis l'épaisseur. Non pas l'épaisseur crasseuse et obscène de certains mais une épaisseur complexe, colmatée par la lourde ligne de chaque instrument. C'est l'épaisse harmonie. Le schéma ira en se répétant.
Lorsque Rigid man donne un break abrupt, à mi-parcours, où seule la guitare de Turner étire un reste de vie, rejointe par la batterie tremblante de Yacyshyn, l'on comprend que SUMAC
SUMAC


Clique pour voir la fiche du groupe
dit quelque chose de plus avec cet album. Il dit l'angoisse. Pas la terreur, pas l'effroi, pas le malheur, pas le mal... d'autres le font très bien.

Non, il dit l'angoisse, sous toutes ses formes. Il dit le processus de l'angoisse.
L'angoisse se dévoile, essoufflée, c'est l'intro et l'outro de Image of control ou de Blackout ; l'angoisse palpite, crépite, étouffe, ce sont les épaisses lignes rythmiques post-psychédeliques de Clutch of oblivion; l'angoisse en suspension, dans les nombreuses ruptures et contre-ruptures (Blackout, Image of control, Clutch of oblivion); l'angoisse hésitante, erratique, dans les passages «down tempo» lorsque chaque instrument pleure, seul, anxieux de ne pas trouver de réponse. L'angoisse face à l'autre. La pire. Puis l'angoisse sublime, magistrale, l'angoisse partagée avec les autres (Will to reach). Et le cycle peut recommencer...

What one becomes n'est pas une thérapie, c'est une démonstration. Ce n'est pas une solution, c'est une antithèse. Telle la souche du virus qui doit servir à développer le vaccin.

Un album aussi créatif et imaginatif que l'angoisse elle-même. Grand.


Tags : Sludge metal, experimental, Aaron Turner
TU AS AIME ? PARTAGE !
Google +
Twitter
Facebook
Whatsapp
E-mail
E-mail
Google +
Twitter
Facebook
2

► COMMENTAIRES

Tu dois être connecté pour pouvoir commenter !

Soit en deux clics via Facebook :

image

Soit via l'inscription classique (mais efficace) :

image

► A VOIR ENSUITE